En défense de la Sainte Bible Palmarienne

La Sainte Bible Palmarienne est le ‘Magnum Opus’ des deux Conciles Saints Palmariens (1980-1992; et 1995-2002), au cours desquels l’existence de falsifications dans le texte de la Bible sacrée est devenue de plus en plus évidente. Pour cette raison, bien que tremblant devant l’ampleur de la tâche, le Pape Saint Grégoire XVII a ordonné la rédaction d’une Histoire Sacrée Palmarienne, qui inclurait tous les livres sacrés et éliminerait les falsifications. Cela a été fait lors du Deuxième Concile, une fois que le Traité sur la Très Sainte Trinité et la Morale Palmarienne ont été achevés, et, bien sûr, grâce au charisme papal du Vicaire du Christ, interprète infaillible des textes de la Bible.

Dès la deuxième année du Premier Concile Sacré Palmarien, cette grande tâche biblique pouvait être envisagée grâce à une vision du Pape Saint Grégoire XVII le 21 mai 1981 à la Maison mère de l’Ordre à Séville, qu’il raconte lui-même: «J’ai vu un grand livre et le Saint-Esprit avec une plume dans son bec en train de tracer des écritures, et ce livre apparaît entièrement plein de lumière. Un livre sacré primitif y apparaît, et le Saint-Esprit écrit directement par l’intermédiaire de ses prophètes. Plus bas, Saint Jérôme apparaît avec sa trompette à l’oreille; il prend la trompette et la pose; il écrit et prend la trompette; et le livre apparaît avec une lumière et une obscurité considérables (précision: Saint Jérôme a traduit la bible hébraïque de son temps en latin, ouvrage appelé la Vulgate, la bible officielle de l’Église jusqu’à la Palmarienne). Avec la Bible grecque appelée la Septante, la même chose se produit avec la trompette; et le livre apparaît avec la lumière et l’obscurité. La bible massorétique (clarification: c’est la bible de la secte judaïque, à savoir l’Ancien Testament) est écrite par plusieurs personnes, et il en va de même avec la trompette, car le livre apparaît avec lumière et beaucoup d’obscurité; et puis sur le texte Hébreu, on voit quelques gestes de juifs effectuant des changements capricieux. Puis, sous le visage de la Très Sainte Vierge Marie, apparaissent les mots suivants: «Permission et mystère». Ensuite, on voit un livre dans lequel apparaissent tous les mystères: un seul livre a été écrit avec une inspiration totale et ce livre n’existe plus. Maintenant, la colombe avec la plume apparaît en train d’écrire dans le Concile Palmarien; le livre du Concile Palmarien apparaît du début à la fin, c’est-à-dire tout le travail que ce Concile a fait et fera et qui, dans son ensemble, sera l’œuvre du Saint-Esprit».

Au cours des travaux du Concile, plusieurs séries de falsifications ont été découvertes dans les textes sacrés: par exemple, une série dans les Livres de Moïse, en raison de la dégradation du grand ‘Caudillo’, de la part des prêtres lévitiques qui donnaient un plus grand crédit à son frère Aaron, le premier Grand Prêtre. Une autre série a été trouvée dans la tendance à dénigrer les convertis, voire à éliminer des épisodes entiers. Le Roi Salomon était responsable d’une autre série afin de dénigrer son père, le Roi Saint David, et de couvrir ainsi sa propre iniquité et son mauvais gouvernement. Une autre série était en raison du Roi Manassas de Judée et de Samarie unis, afin de dissimuler les conséquences néfastes de son gouvernement idolâtre et de faire croire qu’aucun des rois précédents des deux royaumes n’avait été bon; de sorte que, dans le texte falsifié, tous les rois de Samarie semblent être mauvais, alors qu’en réalité, il y avait quatre Saints Rois parmi eux, à savoir Jéhu, Joachaz, Jéroboam II et Faceas. D’autres livres, par exemple les Maccabées, ont été atrocement falsifiés dans leur intégralité et ont nécessité un travail de restauration minutieux. Dans les épîtres des apôtres, presque toutes les références aux Sacrements, ainsi qu’à la Très Sainte Vierge Marie, avaient été éliminées et nécessitaient également un travail de restauration. Et le livre de l’Apocalypse avait également besoin d’une restauration considérable pour devenir ce qu’il est aujourd’hui: un guide extraordinaire, facile à lire, pour comprendre les temps dans lesquels nous vivons et ceux à venir jusqu’au Jugement Dernier et au-delà.

Un exemple d’adultération dans les livres de Moïse: le texte falsifié indique que la circoncision n’a pas été pratiquée pendant les quarante années passées dans le désert. Comme si Moïse n’aurait pas surveillé de près le respect de cette loi! Le texte dit également qu’il y avait une circoncision générale de tous les Israélites à Galgala avant la conquête de la Terre Sainte. Le vrai texte dit que cette circoncision générale était de tous ceux qui ont été convertis par l’apostolat accompli par le Très Saint Melchisédech dans tout le pays de Canaan avant la conquête, comme indiqué dans le Livre de la Sagesse, et ces convertis ont ainsi rejoint le peuple juif avec tous les droits, et ont été agrégés aux différentes tribus.

D’autres exemples de manipulations montrent du dédain pour les convertis: le texte falsifié présente la sœur de Moïse, Marie, au dessus de Sephora, fille de Jethro, l’Ancien de Madian. Sephora, comme épouse de Moïse, était donc la première dame d’Israël, car c’était elle, et pas Marie qui avait éclaté dans une chanson de louange à Dieu pour la traversée victorieuse de la mer Rouge. Une autre consistait à faire taire la conversion du Roi Assuérus, surnommé Cyrus, qui a décrété le retour en Israël des Israélites en captivité. Et c’est précisément ce Roi Assuérus Cyrus, juif de foi, qui a épousé Esther, la femme résolue, dont le livre avait été si complètement adultéré que personne ne savait à quelle époque il se rapportait. Une autre falsification a été de faire taire le destin de Dinah, la sœur de Joseph d’Égypte: comme nous le savons, Dinah a été violée par le païen Sichem, qui à son tour a été assassiné cruellement par les frères de Dinah, Siméon et Levi. Mais Dinah avait conçu sa fille Asseneth dans sa relation avec Sichem et pour sauver Asseneth des griffes criminelles de Siméon et Levi, le père de Dinah, Jacob, a ordonné à la mère de quitter la maison avec sa fille. Et des années plus tard, c’est précisément Asseneth qui a épousé Joseph d’Égypte et qui était la mère d’Éphraïm et de Manasses, chefs de deux tribus d’Israël.

Exemples d’adultérations à cause du Roi Salomon: il a inventé des épisodes dans lesquels il a présenté son père David comme un terroriste, un homme cruel et trompeur, au cours des années où il avait été banni de la cour du Roi Saül. Une falsification notable du Roi Salomon concernait l’enfant engendré par David dans son adultère avec Bethsabée. David a été averti par le prophète Saint Nathan, qui avait prophétisé que le garçon mourrait, comme châtiment pour l’adultère et le meurtre de David. Mais David a prié intensément et a fait pénitence pour demander le rétablissement du garçon. Le texte falsifié indique que le garçon est décédé, puis étrangement, David s’est habillé de ses vêtements royaux. Mais en réalité, le garçon n’est pas mort, mais il a été guéri miraculeusement. Cet enfant était précisément Salomon, qui ne voulait pas que l’on sache qu’il était né d’un adultère.

Un facteur constant dans le travail du Concile de Saint Grégoire XVII était son désir de bien faire comprendre que la simulation ou le prétexte est contraire à la loi de Dieu. Par conséquent, les épisodes bibliques qui mettent en doute cette loi divine sont donc le résultat d’adultérations du texte sacré. Un exemple: Saint Aod, second juge d’Israël, n’a pas tué le Roi païen Eglon de façon terroriste lors d’une visite diplomatique factice, comme le texte falsifié raconte, mais en se battant contre lui et son armée. 

La plus belle perle de cet ouvrage est, bien sûr, l’Évangile Palmarien, un recueil des quatre Évangiles de Saint Matthieu, Saint Marc, Saint Luc et Saint Jean. Dans ce travail, tous les nombreux problèmes trouvés par les commentateurs dans le passé sont résolus. Il établit la chronologie de la vie de Notre-Seigneur en accord avec les faits donnés par Saint Luc et écarte l’information erronée donnée par l’historien Josèphe, dont l’œuvre entière est rejetée pour ses nombreuses contradictions avec la doctrine du Concile, et il confirme que Jésus-Christ est né le 25 décembre de l’année 5199 de la création, sept jours avant sa circoncision, le 1er janvier de la 1ère année de l’ère chrétienne. Une avancée très importante pour mieux comprendre l’Évangile est la fondation par le Christ des premières communautés chrétiennes, la continuation de l’Ordre du Mont Carmel fondé par Saint Élie. Les apôtres et les disciples appartenaient à la branche masculine, tandis que les femmes pieuses qui accompagnaient la Divine Marie appartenaient à la branche féminine. Pour cette raison, à ses débuts, le Sacerdoce Chrétien était nécessairement lié à la vie religieuse, comme il l’est encore aujourd’hui. Les dix-sept premiers Papes étaient tous des Généraux Supérieurs de l’Ordre du Carmel. Les Évangélistes ont raconté plusieurs épisodes avec des textes qui semblaient se contredire, l’explication étant que l’épisode s’est produit plus d’une fois: par exemple, trois étaient des confessions de Saint Pierre en juillet de l’année 33; trois étaient les annonces de Jésus des reniements de Saint-Pierre, et trois étaient de la trahison de Judas Iscariote, etc. Le commentaire qui accompagne le Sermon de la Dernière Cène est remarquable. Il donne à comprendre la psychologie des Apôtres et les motifs de leurs interventions. Et plus remarquable encore sont les commentaires qui accompagnent la Passion du Seigneur et le plus beau mariage du Christ avec la Croix de notre Rédemption.

Et que dire de cette autre grande perle qui est les Actes des Apôtres? Ici, le Saint-Esprit a voulu clarifier de nombreux aspects de l’organisation de l’Église à ses débuts, afin de contrecarrer de très nombreuses erreurs ainsi que de clarifier chaque aspect de la vie de Saint Paul: Qu’a-t-il reçu sur le chemin de Damas? Par qui et quand a-t-il été nommé apôtre? Quelles étaient ses relations avec le premier Pape? C’est sans doute le meilleur texte jamais écrit sur Saint Paul, à qui nous devons beaucoup pour son dévouement admirable à l’évangélisation des nations.

Bien entendu, les interventions du Pape Saint Grégoire XVII dans ce travail biblique ont été très nombreuses. Outre ses presque neuf cents définitions dogmatiques, dont beaucoup étaient liées à des questions bibliques, il a résolu une multitude de problèmes avec ses lettres, qu’il s’agisse de problèmes chronologiques, généalogiques, historiques, textuels, etc. Et lors des séances générales, où il était toujours présent, il avait l’habitude de résoudre les problèmes qui se posaient directement. En outre, il y a eu plus d’une intervention mystique pour régler de différentes questions, par exemple une très belle vision de la Très Sainte Vierge Marie en Reine Essenia, assise sur un trône au-dessus du lac Essenia (aujourd’hui la Mer Morte), et vénérée par une multitude d’anges qui chantaient Son nom, dont le sens est «saint», afin de confirmer la manifestation de l’Âme de Marie comme Épouse du Très Saint Melchisédech du temps d’Abraham.

 Le dimanche 21 janvier 2001, dans la Cathédrale-Basilique de Notre-Mère Couronnée de Palmar, vers 7h10 du soir, le Pape Saint Grégoire XVII, après avoir achevé le premier tour des Saintes Messes, toujours agenouillé dans le sanctuaire devant l’Autel Principal, avait une vision extraordinaire et il a reçu un message transcendant sur la Bible Palmarienne: «O Mon cher Vicaire, Grégoire XVII, ‘de Glória Olívæ’, le Pape qui transmettra bientôt une Sainte Bible Palmarienne à l’ensemble de l’Église Palmarienne, d’où rayonne la Lumière, d’où émane la lumière pour toute l’Église et pour le monde. L’heure a sonné pour ce Pape, découvreur des falsifications de la Sainte Écriture dans le passé. L’heure est venue, l’heure a sonné. Bien aimé Vicaire de la Terre, soyez courageux jusqu’au bout. Cette Sainte Bible Palmarienne sera la Lumière pour de grandes conversions. Allez-y, je serai avec vous jusqu’à la fin. Ne vous laissez pas vaincre par vos ennemis. Allez-y, je vais vous soutenir.

Voyez, Mon cher Vicaire, contemplez les légions d’Anges ici, contemplez leurs épées vives. Ces anges sont envoyés par moi pour être à votre service. Ils vous protégeront comme ils l’ont fait jusqu’à présent. Avancez pour que l’Eglise bénisse le Pape qui publiera une Bible sans falsifications. Mon Église, Épouse bien-aimée, Église Palmarienne, vous serez beaucoup mieux connue lorsque la Sainte Bible Palmarienne circulera dans le monde. Et ce Pape sera mieux connu lorsque la Sainte Bible Palmarienne circulera dans le monde; car en circulant d’abord dans l’Eglise, il doit aussi circuler dans le monde, pour qu’il soit la lumière pour convertir les Nations; une Bible dans laquelle le lecteur apprend à aimer Dieu, une Bible dans laquelle il apprend à ne pas mentir, une Bible dans laquelle il apprend à ne pas dissimuler, une Bible dans laquelle il apprend à ne pas croire les fables racontées par les historiens du monde. »

Voici maintenant le Pape Saint Grégoire XVII dans son sermon prononcé le 9 août 2003 dans la Cathédrale-Basilique de Notre-Mère Couronnée de Palmar, qui parle du travail du Concile sur la Bible:

«Comme nous l’avons déjà dit, la plus grande œuvre du deuxième Saint Concile Palmarien est l’Histoire Sacrée ou la Sainte Bible Palmarienne, sans falsifications. Comment est-il possible de lire certaines expressions de la Bible falsifiée, comme nous l’avons répété si souvent, à propos de la naissance de notre Seigneur Jésus-Christ? En ce qui concerne la Vierge Marie, la Bible falsifiée disait, à propos de Saint Joseph: «Et il ne l’a pas connu avant d’avoir eu son fils premier-né, Jésus.»… Cette expression veut dire qu’il l’a connu après, c’est-à-dire qu’ensuite, ils ont effectivement eu plus d’enfants et ainsi de suite, parce que plus tard, même des frères apparaissent, montrant dans quelle mesure elle est falsifiée.  Ces mots s’opposent à la vérité, s’opposent à tout ce qui a déjà été défini depuis des siècles et des siècles par l’Église: que la Vierge Marie était Vierge, avant la naissance, pendant la naissance et après la naissance, c’est-à-dire qu’elle est une Vierge perpétuelle.

C’est ainsi dans de nombreux cas, comme par exemple en ce qui concerne l’Ancien Testament, reprenons le passage du livre de Judith, dans lequel Dieu est décrit comme étant l’auteur d’un terrible péché de luxure et d’un terrible péché d’ivresse. Comment cela peut-il venir de Dieu que Judith a revêtu toute sa parure et qu’elle a pris sa cruche, sa bouteille, ou quoi que ce soit de vin, afin de rendre ivre à Holopherne, et une fois saoul… elle a profité de la situation pour lui couper la tête!  Dieu jamais, Dieu ne commande jamais qu’un péché soit commis! Il n’essaie pas non plus de justifier les moyens par la fin, la libération d’une ville. La fin ne justifie pas les moyens. Dieu ne peut en aucun cas être l’auteur des péchés, Dieu n’est pas Satan, il est l’antithèse de Satan, il n’a rien à voir avec Satan. Ainsi, dans ce passage de la Bible falsifiée, Judith est dépeinte comme vêtue de toute sa parure et parfumée afin de tenter Holopherne, de l’inciter à pécher; et pour le persuader mieux, elle devait en outre lui apporter du vin pour le rendre saoul, puis lui couper la tête et l’envoyer en Enfer. Alors, qui l’a envoyé en enfer alors qu’il était encore en vie?  Ce serait Dieu alors. Dieu ne fait jamais une telle chose! Dans la Bible Palmarienne, il est maintenant clair ce qui s’est passé. Lisez le livre de Judith dans la Sainte Bible Palmarienne et vous verrez la grandeur de Dieu!

Et il y a tellement de choses, parce que parler de toutes les falsifications qui existaient dans la Bible officielle serait sans fin. Par conséquent, il n’y a aucune doute que Satan, depuis le début de la Sainte Bible Palmarienne, a redoublé sa bataille sans répit contre Nous, car les voiles allaient être retirés de l’ancienne Bible, la vérité allait être découverte. Satan, qui en sait plus par expérience que par diable, prévoit que, lorsque Grégoire XVII aborde une question de théologie, il le fait de tout cœur et finit par éliminer le mal et remettre les choses en ordre…

Dieu, Auteur de la Sainte Bible Palmarienne, se servait des instruments, des pauvres pécheurs comme nous, le groupe des Vénérables Pères qui composait le deuxième Saint Concile Palmarien, mais Lui, Dieu, est l’Auteur indiscutable; par conséquent, Dieu ne peut pas se contredire, comme cela a été raconté dans la Bible falsifiée. Dans la Bible officielle, il semblait que Dieu ne savait parfois pas où il était, de la manière dont la Bible falsifiée était écrite; expressions sans signification, et Dieu semblait être un râleur; Il ressemblait à un vieux fou, agissant souvent dans l’Ancien Testament de la Bible falsifiée, comme un vieillard capricieux et grincheux; c’est ainsi que le Père Éternel a été dépeint, comme un vieux ronchon, de sorte que le Père Éternel avait peu d’amis dans le monde. Il ressemblait à un vieux grognon.

Dans la Sainte Bible Palmarienne, on peut clairement voir que le Père Éternel est un Ancien plein d’amour, il faut penser à un ancien à cause de la question de l’éternité, parce que le Verbe Divin est ancien, le Saint-Esprit est ancien, parce que les trois Personnes Divines sont éternelles, mais c’est une distinction qui est faite. On voit ainsi plus clairement la question de la paternité du Père Éternel, en tant que Vénérable Ancien, qui, quand il doit châtier, châtie, et quand il doit récompenser, récompense, et il n’est pas un vieillard grognon ni un rouspéteur acariâtre.»

Laissons donc le lecteur étudier cette Bible avec vénération, en remerciant Dieu tout puissant pour avoir rendu possible la restauration de la Bible en ces temps de grande apostasie et de luttes acharnées contre Dieu lui-même: une Bible embellie, accessible, facile à lire, avec des enseignements moraux essentiels qui n’apparaissaient pas auparavant, avec une grande lumière sur les temps apocalyptiques: la Bible des Derniers Temps, purifiée, renouvelée, préparée pour le Retour du Christ dans la majesté et la gloire.