Les Apparitions à Lourdes

Entre le 11 février et le 16 juillet 1858, la Très Sainte Vierge Marie est apparue en dix-huit apparitions à Sainte Bernadette Soubirous (1844-1879), adolescente pauvre et analphabète de quatorze ans, dans la grotte de Massabielle, située à la périphérie de la ville de Lourdes, France, dans les contreforts des Pyrénées.

Déjà du vivant de Sainte Bernadette, de nombreux catholiques croyaient aux apparitions de la Vierge Marie comme canal de la grâce de Dieu, et le Pape Saint Pie IX a autorisé la vénération de la Vierge Marie à Lourdes en 1862, environ dix-sept ans avant la mort de Bernadette.  Dès lors, le titre de Notre-Dame de Lourdes de la Vierge Marie a été un motif de grande vénération, et son sanctuaire a été l’un des plus visités au monde, avec des millions de pèlerins chaque année.

Dans la troisième apparition, la jeune fille a parlé avec la Dame qui lui a demandé: « Me ferais-tu la faveur de venir ici pendant quinze jours ? »  Bernadette a répondu avec le cœur, sans s’arrêter pour penser aux conséquences.  À sa promesse, Elle a répondu par une autre promesse: « Je ne promets pas de te rendre heureux dans cette vie, mais dans l’autre. »  Ces quelques mots semblaient doux sous le regard de Celle qui les avait prononcés.

Dans les apparitions successives, la Très Sainte Vierge Marie a demandé pénitence et prière pour les pécheurs : « Pénitence ! … Priez Dieu pour la conversion des pécheurs ! »  Puis Elle l’a suppliée de se mettre à genoux et a dit: « Embrasse le sol comme pénitence pour les pécheurs … pour la conversion des pécheurs. » Son visage était triste.  Bernadette, a répondu oui, aussi avec tristesse.  La Vierge, toujours respectueuse, lui avait demandé « si cela la dérangerait. »  « Oh non ! », avait répondu la fille de tout son cœur.  Elle se sentait prête à tout pour plaire à cette amie céleste qui semblait si triste quand Elle parlait des pécheurs, même si les gens croyaient qu’elle était folle quand elle faisait ce genre de chose.  Du fond du cœur, d’un simple coup d’œil, elle a compris que dans le monde il n’y avait qu’une chose vraiment triste : le péché. 

Le 25 février, la Vierge lui a dit de manger des plantes qui y poussaient librement et d’aller boire de l’eau de la source, et pour ce faire Elle lui a montré comment creuser la terre avec le doigt.  En creusant dans la boue et en essayant de boire, Bernadette a sali le visage, et ses gestes et son apparence ont suscité le scepticisme de la plupart des 350 personnes présentes.  Pour consoler la Dame, elle se sentait prête à tout.  Quand elle a fait ces choses, comme baiser le sol, creuser dans le sol boueux et manger de l’herbe, l’enthousiasme s’est effondré ; les gens n’ont rien compris.  Bernadette a donné aux étranges exercices une explication simple et satisfaisante : « La vision l’a ordonné comme pénitence, pour moi d’abord et ensuite pour les autres. » 

Le geste de Sainte Bernadette baisant la terre humide et la creusant, non sans dégoût, était une pénitence austère.  Tout au long de sa vie, elle a été appelée à une pénitence plus intériorisée ; l’acceptation des croix choisies par le Seigneur, des croix qui lui pesaient lourdement dans la mesure de sa mission associée à l’œuvre de la Rédemption.  Ainsi, parmi celles-ci figurent les preuves morales qui sont plus que ce que l’on pourrait détailler ; il y a aussi les épreuves de santé que les rapports médicaux montrent comme atroces et ininterrompus.  Bernadette a tout souffert avec abandon pour l’amour de Dieu et sa Sainte Mère. 

La source ne s’est pas manifestée immédiatement ; Cependant, peu de temps après, une source d’eau a émergé qui a plus tard été témoin de nombreux miracles.  La source qui a éclaté le 25 février 1858 a produit cent mille litres d’eau par jour, en continu de cette date à nos jours.

Avant la demande répétée de Sainte Bernadette de révéler son nom, le 25 mars 1858 (lors de sa seizième apparition) la Dame a changé le chapelet, le portant au bras droit.  Ses mains se sont séparées et Elle a étendue les paumes vers le sol.  De ce geste si simple émanait la majesté ; sa silhouette d’enfant a acquis de la grandeur ; sa jeunesse, un poids d’éternité.  D’un mouvement mesuré, Elle a joint alors les mains au niveau de la poitrine, a levé les yeux vers le ciel et a dit : « Je suis l’Immaculée Conception. »  Après l’apparition, Bernadette a compris soudain que ces mots, qu’elle n’avait jamais entendus auparavant, étaient en fait difficiles, compliqués ; qu’elle ne les comprenait même pas, à vrai dire.  Elle avait l’impression qu’elle allait oublier sa « course. » Elle devait aller vite au presbytère.  Bernadette s’efforçait de retenir les syllabes du second mot, qu’elle commençait à oublier déjà, et s’est précipitée en répétant à voix basse les mots étranges : « Immaculée Conception. »

Rassurée parce qu’elle avait réussi à retenir les deux mots qu’elle était sur le point d’oublier, Bernadette se sentait de plus en plus intriguée et même un peu déçue.  Comme tout le monde, elle aurait aimé croire que la merveilleuse apparition était la Sainte Vierge ; alors, qui était cette « Conception ? »

Elle a poussé la porte et a lancé son message au visage du prêtre, presque à bout portant : « Je suis l’Immaculée Conception. »  Bernadette, se rendant compte de la brusquerie de sa phrase, a répété avec assurance : « Elle a dit : « Je suis l’Immaculée Conception. »  « Une dame ne peut pas porter ce nom… Tu me trompes !  Tu sais ce que ça veut dire ? »  Bernadette a secoué tristement la tête.  « Alors, comment peux-tu le dire, si tu n’as pas compris ? »  Je l’ai répété tout le chemin ici. »  Le prêtre a été ému par l’évidence du surnaturel et ne pouvait que dire : « Rentre chez toi.  Je te verrai un autre jour. »  Bernadette est partie complètement perplexe.  Si Monsieur le curé ne savait pas, qui le saurait ? 

L’expression était étrangère au vocabulaire de Bernadette et, en principe, a été un motif de confusion, tant chez le prêtre de Lourdes que chez d’autres autorités ecclésiastiques et civiles.  Le dogme de l’Immaculée Conception de la Vierge Marie avait été solennellement proclamé le 8 décembre 1854, trois ans plus tôt.  L’Immaculée Conception est Celle qui, libre de tout péché personnel, a accepté de porter la croix de notre pénitence, de la crèche de Bethléem à la pauvre maison de Nazareth, et en particulier sur le Golgotha, où Elle a éprouvé la pire douleur que le cœur d’une mère puisse ressentir, la douleur de la Réparation et de la Rédemption.

Sainte Bernadette Soubirous a maintenu une attitude de calme constante pendant tous les interrogatoires trompeurs qui lui ont été faits, sans changer son histoire ni son attitude, ni prétendre avoir une connaissance au-delà de ce qui a été dit sur les visions décrites.  Le dernier interrogatoire devant la commission ecclésiastique, présidée par l’Évêque de Tarbes, a eu lieu le 1er décembre 1860.  Le vieil Évêque a fini par se sentir touché lorsque Bernadette a répété le geste et les paroles de la Vierge le 25 mars 1858 : « Je suis l’Immaculée Conception. »  En 1862, l’Évêque a publié une lettre pastorale dans laquelle il a déclaré que « l’Immaculée Mère de Dieu est vraiment apparue à Bernadette. »  Cette même année, le Pape Saint Pie IX a autorisé l’Évêque local à permettre la vénération de la Vierge Marie à Lourdes.  Depuis lors, les différents Pontifes ont soutenu de diverses manières la dévotion et le pèlerinage au sanctuaire.  Le Pape Saint Pie X a étendu la célébration de la mémoire à toute l’Église.  Le Pape Saint Pie XI a canonisé Sainte Bernadette Soubirous à l’occasion de la fête de l’Immaculée Conception en 1933.  En 1937, Saint Pie XI lui-même a nommé le Cardinal Eugenio Pacelli (Saint Pie XII) comme délégué papal pour visiter et vénérer personnellement la Vierge à Lourdes.  En commémoration du centenaire du dogme de l’Immaculée Conception, le Pape Saint Pie XII a décrété la célébration de la première Année Mariale de l’histoire de l’Église, tout en décrivant les événements de Lourdes par les mots suivants : « Et il semble que la Sainte Vierge ait voulu confirmer d’une manière prodigieuse l’opinion que le Vicaire de son divin Fils sur terre, avec les applaudissements de toute l’Église, avait prononcée.  Car quatre ans ne s’étaient pas encore écoulés du dogme quand près d’un village de France, sur les contreforts des Pyrénées, la Sainte Vierge, vêtue de blanc, avec un manteau blanc neige et ceint d’une ceinture bleue, est apparue, jeune et affable, dans la grotte de Massabielle à une fille innocente et simple, à qui, comme elle voulait connaître le nom de celle qui avait daigné apparaître, Elle, avec un doux sourire et levant les yeux vers le Ciel, a répondu : ‘Je suis l’Immaculée Conception.’  Cela a été bien compris par les fidèles qui, dans des foules presque innombrables, venant de tous côtés en pèlerinages pieux à la grotte de Lourdes, ont ravivé leur foi, ont stimulé leur piété et se sont efforcés pour adapter leur vie aux préceptes du Christ. » 

Dans un langage familier, « Lourdes » est devenu synonyme de « miracles. »  Pour le Christ, les miracles ne sont pas la chose la plus importante : « Heureux ceux qui n’ont pas vu ou touché et qui ont cru. »  Le message de Lourdes est très bref : « Prière et pénitence … Je suis l’Immaculée Conception. »  La Très Sainte Vierge Marie ne fonde pas son message sur des arguments, mais sur les œuvres de la toute-puissance de Dieu.  Les miracles sont le signe qui donne l’autorité divine au message, comme lorsque le Christ a guéri le paralytique en disant : « Pour que vous sachiez que le Fils de l’Homme a le pouvoir sur Terre de pardonner les péchés,… Je te le dis, lève-toi, prends ta civière et rentre chez toi. »  Cette autorité divine, manifestée par des miracles, oblige les hommes à obéir, tout comme lorsque le prophète Jonas, miraculeusement sauvé de la baleine, a dit au roi: « Si toi et tes sujets ne vous convertissez pas au Seigneur Dieu d’Israël, et ne faites pas pénitence, Ninive sera détruite », le roi de Ninive, poussé à la conversion, s’est dépouillé de ses robes royales, s’est vêtu d’un sac, s’est couvert la tête de cendre et a donné un ordre disant : « Tous les sujets de mon empire se vêtiront d’un sac, ils jeûneront, ils couvriront la tête de cendres, et crieront de toute leur âme au Seigneur Dieu d’Israël, se détournant chacun de sa mauvaise vie.  Qui sait si ainsi le Seigneur changera son plan et nous pardonnera ; et la fureur de sa colère sera apaisée, afin que nous ne périssions pas ! » 

Ce message de « prière et pénitence » nous ramène aux préambules de l’Évangile, à la prédication de Jean-Baptiste, qui a préparé les voies de la première venue du Christ.  Cette invitation est venue au milieu du XIXe siècle, alors que le progrès technique qui commençait à transformer la vie se faisait jour.  L’ère du développement matériel avait commencé, mais les valeurs spirituelles étaient éclipsées.  C’était le moment choisi par Notre-Dame pour nous rappeler de la valeur et de la nécessité de la prière et de la pénitence, en préparation de l’Ère Apocalyptique et de la Glorieuse Seconde Venue du Christ. 

Marie Bernadette Soubirous a été proclamée Sainte par Saint Pie XI le 8 décembre 1933.  Pour en savoir plus sur les apparitions de Lourdes, lisez la vie de cette Sainte dans la « Vie des Saints » Palmarienne, dont la fête est le 16 avril.