Les Apparitions d’Ezquioga

À partir du 30 juin 1931 et pendant trois ans, la Très Sainte Vierge Marie est apparue à plusieurs enfants sur un flanc de montagne à Ezquioga, également appelée Ezkío, près de Zumárraga, Guipúzcoa, Espagne.  Les premiers étaient Antonia Bereciartu, onze ans, et son frère Andrés, sept ans; puis d’autres ont été ajoutés, jusqu’à ce qu’il y ait plusieurs douzaines de voyants.  La majorité étaient des paysans, sympathiques, de bonnes mœurs, de caractère humble et serviable, modestes et sans respect humain ; bref, des individus tout à fait normaux.

Une multitude de fidèles est venue, de sorte que le 4 juillet, il y en avait déjà plus de 500 rassemblés en pleine terre avec plusieurs prêtres pour prier le Rosaire, et les jours suivants, plus de 40 mille.

Bientôt, comme c’est naturel, des gens se sont alarmés de ces avalanches massives : les irréligieux et les ennemis du surnaturel, parce qu’ils cherchaient à s’opposer à ces manifestations de foi religieuse, les qualifiant de ridicules, de tromperies et d’affaires de gens opportunistes ; et les politiciens de tendances diverses, comme les nationalistes basques et les républicains du gouvernement, parce qu’elles ne s’harmonisaient pas avec leurs intérêts. 

Monseigneur l’Évêque a été exilé en France, à cause de son opposition au régime républicain, et il est naturel que la concentration de ces multitudes tourmente le gouvernement républicain de Madrid qui a commencé à faire obstacle à de telles actions et à les dénigrer et discréditer par tous les moyens à sa disposition.  Il a tenu les autorités ecclésiastiques responsables de la promotion de ces manifestations qui semblaient être en confrontation avec les républicains qui persécutaient la Religion en incendiant des églises et des maisons religieuses, comme cela s’était produit quelques mois auparavant. 

Il devait y avoir des contacts entre les pouvoirs civils et religieux et le compromis serait payé avec quelques concessions pour le diocèse … Quelque temps plus tard, est venue la condamnation des Apparitions par les Autorités de la Curie de Vitoria.  Comme cela arrive habituellement, elles étaient couvertes de ridicule et d’anathème, et elles étaient enterrées dans « l’oubli » le plus olympien.  Les médias d’information et de communication (journaux, revues, bulletins) se sont consacrés à la désinformation, comme c’est souvent le cas, parlant de « fraude et supercherie » et cachaient naturellement ce qui ne les intéressait pas. 

Le chef du gouvernement espagnol, Manuel Azaña, un franc-maçon avec une idéologie communiste profondément enracinée, croyait qu’Ezquioga pourrait devenir un autre Covadonga ou un autre Deux de Mai, c’est-à-dire un renouveau catholique; car certainement, les Apparitions d’Ezquioga parlaient avec éloquence des besoins de l’âme chrétienne, de l’existence de la vie surnaturelle et des communications du Ciel avec la terre, que le régime en vigueur niait et se moquait.  Que dirait-on si les républicains espagnols toléraient la défense des saintes Apparitions ?  Pour cette raison, Azaña a créé la phrase: « Il faut en finir avec Ezquioga », une phrase que ses subordonnés qui voulaient bénéficier du régime républicain ont répétée et mise en pratique.  Par conséquent, ce sont les ennemis de Dieu, ceux qui veulent à tout prix mettre fin aux Apparitions de sa Mère.  C’est l’explication de la persécution contre de tels événements surnaturels.  De même, les Apparitions d’El Palmar de Troya ont été fortement combattues par la franc-maçonnerie, car elles étaient une défense de la sainte tradition et démasquaient le progressisme dévastateur des ennemis infiltrés dans l’Église.

C’était Azaña qui, soutenant les plans des ennemis maçonniques des Apparitions d’Ezquioga, a ordonné leur fin.  Il a autorisé le prélat exilé, Múgica, à rentrer dans son diocèse, on ne sait pas dans quelles conditions, mais le fait est que depuis 1933, lorsqu’il a repris possession de son palais à Vitoria, Monseigneur Múgica n’a pas cessé de prendre des mesures rigoureuses et exceptionnelles contre Ezquioga.

Ceux qui profitent des eaux troubles ; les ennemis du surnaturel et les implications politiques, ont plongé dans le discrédit et le ridicule les événements qui avaient de nombreux facteurs en faveur de leur nature surnaturelle.  Peu importe que de telles déterminations aient été infligées à plusieurs personnes honorables, traitées injustement, ou à d’innocents enfants, qui ont été soumis à des contraintes incroyables et honteuses qui violaient les droits les plus élémentaires de la personne.  Aucune Commission n’a été nommée, aucune lumière n’a été faite, l’autorité n’a pas agi officiellement, comme l’ordonnait le Droit Canonique pour découvrir la vérité ou la supercherie ; en un mot, on a voulu enterrer la vérité ; bien qu’il doive ressusciter après les années. 

Au début des Apparitions, le gouvernement de Madrid a envoyé le médecin le plus prestigieux d’Espagne, le Dr Gregorio Marañón, pour étudier les événements d’Ezquioga et, après les avoir observés attentivement, il a statué : « J’ai étudié impartialement ce qui se passe ici, et je peux affirmer que nous, les médecins, n’avons rien à faire ici, parce que les phénomènes qui se produisent chez les voyants n’appartiennent pas à la science pathologique.  Ils appartiennent à d’autres études, qui ne sont pas de ma responsabilité.  Que les compétents viennent voir s’ils les atteignent. »  De nombreux autres médecins ont également déclaré que « la science n’a pas trouvé d’explication satisfaisante à ces phénomènes, puisque les extases étaient surnaturelles et la science ne pouvait pas les expliquer parce qu’elles étaient en dehors de la science de la nature. »

D’autres témoignages intéressants sont celui du cardinal Federico Tedeschini, alors Nonce Apostolique en Espagne, qui en 1932 a dit : « D’après les données dont je dispose, ce qui se passe à Ezquioga vient du Ciel. »  Et le martyr Saint Manuel Irurita Almandoz, évêque de Barcelone, a déclaré: « Sans pécher par imprudence, on ne peut nier qu’il y a quelque chose de surnaturel à Ezquioga » ; et il a ajouté qu’il croyait en Ezquioga, qu’il travaillerait pour elle en privé, et que s’il était évêque de Vitoria, il le ferait ouvertement.  Un illustre prêtre du Guipúzcoa a déclaré: « Ce qui ne peut pas être mis en doute, c’est que nous traversons des moments de grande sublimité, dans lesquels on ne sait pas lequel admirer le plus, si les prédilections aimantes de Dieu, plus près que jamais du misérable mortel (dans les saintes Apparitions d’Ezquioga) ou la cécité humaine incompréhensible qui est déterminée à fermer les yeux à tant de lumière. » 

Le nombre de voyants était franchement étonnant et inhabituel.  Environ 25 des deux sexes ont été considérés comme ayant des preuves positives d’authenticité.  À la fin des persécutions et des déviations, la plupart, en raison d’un manque de direction spirituelle et d’un abus de grâces, se sont affaiblis, et seuls 4 ou 5 authentiques sont restés avec certains douteux.  Parmi les principaux on peut compter : les enfants d’Andrés et d’Antonia Bereciartu, âgés respectivement de 9 et 12 ans, qui étaient les premiers voyants, et  Benita Aguirre de Legazpia, qui avait 9 ans au début, est qui est celle qui a reçu peut-être les plus grandes grâces de révélation de l’avenir.  Elle a été terriblement persécutée par les hiérarchies au point de la menacer d’excommunication et de privation des Sacrements si elle ne se rétractait pas et refusait les Apparitions.  Le Frère Cruz Lete de Ibasondo, qui avait vingt ans et qui est mort dans l’odeur de la sainteté en 1933 chez les Frères de Saint Jean de Dieu, avait eu  des visions et des révélations, et ils lui ont demandé : « En pleine jeunesse, qui a changé une vie si distraite, pour une existence consacrée au service de Dieu ? », pour recevoir la réponse : « c’était la Sainte Vierge quand Elle est apparue à cette vie sur la montagne d’Ezquioga. »

Tous ces voyants ont connu une grâce extraordinaire, des visions, des extases, des blessures extérieures, des guérisons, etc. et certaines prophéties qui se sont déjà accomplies et bien d’autres qui sont sur le point de se réaliser.  Deux des plus notables d’entre eux étaient ceux qui avaient pour protagonistes le Vicaire général Dr Echeguren et l’Évêque de Vitoria.  Le Vicaire général Dr Echeguren était l’un des principaux adversaires et donc responsable de l’échec de ces premières manifestations qui n’ont pas été entendues et n’ont pas porté de fruits spirituellement.  Alors, deux des voyants ont annoncé sa mort violente à venir sans tarder, et ils le lui ont communiqué.  En effet, il est mort d’un accident de voiture, alors qu’il était évêque d’Oviedo.  Il a été prophétisé que Monsieur l’Évêque de Vitoria « mourrait exilé de son siège épiscopal et complètement seul. »  Cet évêque, Matthieu Múgica, a été contraint de démissionner de l’évêché de son diocèse et il est mort aveugle.  C’est lui qui a publié l’attaque la plus répandue contre Ezquioga et a décidé, sans étude formelle, sans preuves suffisantes et sans entendre les voyants, d’attribuer tout au diable ou à une autre cause non surnaturelle.  La persécution d’Ezquioga a commencé avec l’élément politique, suivie de l’élément gouvernemental, suivie du religieux et s’est terminée avec tous ensemble.  L’Évêque Matthieu Múgica était l’un des deux évêques qui se sont opposés à Saint Francisco Franco lorsque la Guerre Civile Espagnole a été appelée par les autres évêques espagnols: « La Sainte Croisade de Libération Nationale », et il a écrit au Pape Saint Pie XI pour l’exhorter à condamner la Franquisme. 

Le Pape Saint Grégoire XVII, comme vous pouvez le lire dans son Quarante-quatrième Document, a approuvé les Apparitions d’Ezquioga, et surtout les beaux messages qui parlent des Saints Crucifères, du Grand Pontife et du Grand Monarque, « pour leur relation intime avec les Carmélites de la Sainte Face, ou les Saints Crucifères d’El Palmar.  Nous croyons fermement que les Saintes Apparitions d’Ezquioga sont le prélude aux Saintes Apparitions de Notre Mère de Palmar Couronnée… La Très Sainte Vierge Marie, dans ces Apparitions d’Ezquioga, est apparue généralement sous l’invocation de Notre-Dame des Douleurs; bien que, à certaines occasions, Elle apparaisse également sous d’autres titres. »

Nous ne pouvons présenter que des extraits représentatifs des événements d’Ezquioga.  Nous regardons exclusivement l’une des voyantes; la jeune fille Benita Aguirre, alors âgée de onze ans.  Ses messages parlent de trois ans de famine, de l’émergence du royaume de l’Antéchrist, de la persécution des chrétiens, de la guerre mondiale, de la peste, des ouragans, de trois jours d’obscurité.  Les voyants d’Ezquioga sont devenus célèbres pour avoir déclaré que la Vierge leur avait dit que dans quelques années une guerre civile se produirait en Espagne (1936-1939) et que cette guerre serait gagnée par la partie nationale.  Mais ses messages prophétiques vont plus loin.

Les messages de Benita Aguirre parlent de la fin des temps, d’une révolution sanglante en Europe qui commence en Italie et s’étend à d’autres pays comme l’Espagne, de la chute de ce bref gouvernement tyrannique en Espagne, de l’émergence d’un caractère sinistre dont parlent de nombreux prophètes et que tout le monde identifie comme l’Antéchrist, de la persécution des chrétiens forcés de fuir vers les déserts pour sauvegarder leur foi, subissant un véritable martyre, de l’apparition d’un autre personnage que beaucoup identifient comme « le grand Monarque » et d’un ordre religieux nouveau et unique et l’apparition d’un ordre appelé « Les Crucifères », qui détruira la secte mahométane (l’islam) et détruira d’autres sectes, hérétiques et tyrans.

Messages de la voyante d’Ezquioga Benita Aguirre : « Une fois les châtiments passés, il n’y aura qu’un seul ordre religieux, appelé les Crucifères… Sachez qu’un roi, (le Grand Monarque), régnera avec justice, et ses magistrats régneront avec droiture. »  Il est remarquable que Benita Aguirre ait reçu des messages très similaires à ceux d’autres voyants catholiques.  Ce sont des preuves qui devraient faire réfléchir plus d’une personne.  La Sainte Vierge, en 1932, lui a dit: « Faites beaucoup de prière, de pénitence et de sacrifices.  Si vous ne faites pas cela, de terribles punitions viendront et un tiers de l’humanité mourra.  Alors peu de familles resteront entières.  Tout le monde devra porter le deuil.  La fin du monde est proche.  Lorsque les femmes ne se distinguent pas des hommes par la façon dont elles s’habillent, pensez que vous avez la fin du monde sur vous.  Les années passent et peu se souviennent de la mort. » 

Déclarations de Benita Aguirre:

« Elle m’a dit que bientôt les communistes entreraient en Espagne ; que ceux-ci ont commencé à commettre de mauvaises actions, étant beaucoup ceux qui, aveugles, ne se rendent pas compte que, au-delà du communisme, le châtiment viendra ; et que du Sacré-Cœur de Jésus coule, jour et nuit, une source de grâces, qui se déversent sur ceux d’entre nous qui sommes à Lui, mais il faut que nous essayions de correspondre à ces grâces, car Il nous récompensera. »

« Elle a affirmé que les églises seront bientôt fermées, étant les premières à être fermées celles de Catalogne, qui sera le lieu où plus d’atrocités sont commises contre la Religion; bien que Catalogne ait trois trésors en trois âmes, qui l’aiment beaucoup, et ce sont trois qui se sont offertes à Jésus comme victimes ; et qu’à cause de ces trois âmes, la Catalogne sera moins punie qu’elle ne le mérite.  Elle a terminé en me disant de construire dans nos cœurs les armes avec lesquelles nous devrons défendre la Religion. »  En cela on voit comment les prières de trois âmes qui aiment beaucoup Dieu, peuvent libérer tout le peuple d’être puni. 

« Elle m’a dit que ceux d’entre nous qui appartenons à Jésus devons prier pour le salut de beaucoup de ceux qui sont en danger d’être damnés, et que nos prières, surtout maintenant, seront entendues ; et qu’au moment où la famine arrivera, presque tous les (vrais) catholiques seront hors d’Espagne, puisque Jésus veut nous sauver de la plupart des châtiments, à travers les prières qui ont été pratiquées sur le Mont des Apparitions et qui ont été entendues. »

« Ensuite, l’Enfant Jésus est apparu, et Il m’a dit d’apporter un crayon et du papier et d’écrire le message suivant : ‘Votre Jésus vous appelle.  Courez vers Lui.  Je veux vous dire à tous, mes enfants, que vous traversez des moments très difficiles et que vous devez faire un compte de ce que vous avez à me présenter.  Dites-vous que vous êtes à Moi avec le diable qui règne dans vos cœurs ? … Non, chers enfants ; Je ne peux pas permettre cela… Bientôt les cinémas et les théâtres que vous fréquentez quotidiennement seront enterrés…  Et vous, mes apôtres, au lieu de donner l’exemple, vous faites le contraire ?  Il ne peut en être ainsi, chers enfants.  Est-ce que Je vous ai enseigné de cette façon ou est-ce que vous voulez agir différemment de ce que Je vous ai appris ?  Beaucoup d’entre vous sont aveugles et veulent dormir dans les plaisirs du monde… ; beaucoup d’entre vous ne sont pas mes vrais apôtres, et aucun de ceux qui dorment dans les plaisirs du monde n’est aimé par mon Père Céleste.  Je vous demanderai un jour de rendre compte de tout cela.’ » 

« Puis la Très Sainte Vierge a ajouté: ‘Votre Mère, qui vous aime beaucoup, vous appelle, enfants de l’âme.  Je veux vous dire à tous, comme des brebis obéissantes, écoutez le sifflement du Bon Pasteur ; mais ne vous séparez pas de Lui, car Lui, si vous vous égarez, ne viendra pas vous chercher.  Mais si vous allez le trouver, Il vous accueillera avec amour.’ » 

Extraits des messages de Benita Aguirre de juillet et août 1933:

« Elle a affirmé que… lorsque les catholiques devront fuir l’Espagne à la recherche du désert, nous rencontrerons un grand homme qui, après les châtiments retournera en Espagne avant les autres ; et ici il commencera à travailler avec les rares qui seront restés, en convertissant beaucoup. »

« Elle a ajouté que les gens se rendent compte que nous sommes dans des moments difficiles, mais c’est toujours la même chose avec ses mauvaises habitudes.  Que cela ne sera pas réglé tant que Jésus n’aura pas mis sur le trône un grand homme, le roi-général du monde entier, et c’est alors qu’il régnera dans le monde.  Que ce roi aura un autre pour l’aider, qui fera le tour du monde pour convertir les gens, et à ceux qui ne veulent pas se soumettre à l’Église catholique il enverra de nombreux châtiments, en prenant la vie de beaucoup. » 

« Elle a répété qu’après le règne de Jésus en Espagne, il y aura une très grande persécution; et après cette persécution la fin du monde.  Mais que tous ne mourront pas, car Dieu, après le jugement, laissera beaucoup de justes dans le monde pour Le glorifier, et ils vivront sur la terre mille ans, pendant lesquels la paix régnera. »

« Elle a ajouté qu’après le règne du Cœur de Jésus viendra l’Antéchrist, qui troublera la paix, et avec lui les méchants gagneront de la force ;  la lumière ne sera pas donnée à ceux-ci, mais plutôt aux bons, pour connaître l’Antéchrist; et ceux qui veulent ensuite servir Dieu devront se séparer de leurs familles, amis et connaissances, et fuir vers les déserts. »

« Elle a affirmé que Dieu prépare le Grand Monarque, qui devra régner avec humiliations et sacrifices ; que le Grand Monarque était mauvais dans sa jeunesse, mais maintenant, il fait beaucoup de bien et dominera le monde entier, qui sera obligé d’obéir et d’adorer le vrai Dieu. »

« Elle a affirmé que le Grand Monarque aura un autre très bon compagnon, qui l’aidera à répandre la Religion… que lorsque nous serons dans le désert, nous rencontrerons le grand Monarque… et que tant qu’il sera sur le trône, Jésus régnera. »

« Elle m’a appris que ce n’est que pendant que Jésus règne que les bons auront la paix, même si les méchants devront beaucoup souffrir ; qu’après ce règne, les méchants reprendront leur force ; et alors ce sera quand l’Antéchrist viendra troubler la paix des bons ; que nous qui voulons servir Dieu, nous devrons fuir vers les déserts, car les hommes ne se comprendront pas ; et qu’après cette persécution, le jugement viendra très bientôt. »

« Elle m’a répété qu’il y a eu beaucoup de malheurs car le mal avance en ces temps.  Que bientôt ceux qui n’aiment pas vraiment Jésus seront confus, puisque très bientôt une très grande persécution viendra contre les catholiques, et ceux qui ne l’aiment pas vraiment Le renieront pour se libérer des punitions qu’ils imposeront à ceux qui ne Le nieront pas ;  que beaucoup de ceux qui sont considérés comme des hommes spirituels, quand le temps viendra de donner leur vie pour le Christ, Le renieront, parce que le diable travaille beaucoup avec eux ; et qu’à cause des châtiments que Dieu nous enverra, beaucoup se retourneront contre Lui. » 

« Encore une fois, Elle m’a dit que les méchants se préparent à la guerre, mais que Dieu aidera les bons ; que beaucoup d’entre eux devront donner leur vie pour Lui, mais Il les récompensera ; qu’une telle guerre sera mondiale et qu’ils ne pourront pas faire ce qu’ils veulent, puisque Dieu est au-dessus de tout. »

« Elle m’a dit que les vagues de tendresse infinie sont enfermées en Jésus et Il veut les répandre; mais qu’il trouve peu de cœurs qui veulent les recevoir, parce qu’ils sont rétrécis par l’égoïsme, fermés par l’orgueil, repliés sur eux-mêmes et ils manquent de foi en son amour ; et pour cette raison, Jésus déchargera sa justice sur les hommes, car il y a très peu de cœurs qui l’aiment vraiment. »

« Elle a ajouté que Jésus se lasse d’attendre ; que notre amour pour Jésus doit être un amour de reconnaissance, d’union, de conformité, d’intimité et de préférence, sans se lasser de l’aimer de plus en plus, car Il nous aime très vraiment.  Cet amour nous transformera en sa bonté et nous fera vivre de sa vie, rayonnant de charité miséricordieuse ; que Jésus ne met pas sa grâce là où cela lui plaît, plutôt là où Il voit qu’ils l’aiment vraiment ; et que nous devons nous recueillir dans sa divine présence, Le regarder et Le supplier humblement. »

Elle a parlé des Crucifères, du Grand Monarque, de l’Antéchrist et a donné des conseils :

Le 6 août 1933, « Elle a affirmé qu’après les châtiments, il y aura une seule religion (Ordre) appelée les Crucifères, qui sauvera le monde entier, en prêchant la vraie Foi et en conquérant les âmes.  Le chef de ces Crucifères sera un homme très saint, qui après son apostolat, mourra crucifié aux portes de Bethléem.  Ces derniers temps, tout le monde parlera la même langue. »

« Elle nous a exhortés à être humble.  Nous ne perdrons rien à pratiquer des actes d’humilité et d’obéissance ; au contraire, nous gagnerons tout, puisque nous gagnerons son Cœur, et ainsi nous accélérerons son temps.  ‘Certains s’étonnent que Je choisisse toujours les plus pauvres, les plus dépourvus de ressources humaines pour élever mon travail ; mais c’est normal, de sorte que personne ne soit dupe, en s’attribuant le mérite de ce qui est un don divin. »    

« L’Enfant Jésus m’est apparu et a dit : ‘Je voudrais susciter une grande croisade chrétienne, bien comprise et bien vécue.  Je veux vous faire vivre de mon Évangile et vous attirer vers mon amour.  Si vous ne faites pas plus, c’est que vous ne m’aimez pas assez et que vous ne vous transformez pas en ma bonté ; mais si vous ne m’aimez pas autant que vous devriez ou pourriez, c’est que vous ne me connaissez pas vraiment.  Vouloir me comprendre est très simple : Je ne fais rien de nouveau, à part ce que vous savez déjà, ce que vous devez faire, ce que Je vous ai déclaré dans mon Évangile, ce que mon Église vous enseigne.  Je ne veux rien d’autre que faire de vous de vrais enfants de mon Père Céleste.’  Il a ajouté : ‘Je suis infiniment bon, sage et tout-puissant.  Je vous aime, étant votre Sauveur, votre Seigneur, votre Dieu.  Pour ma gloire, Je vous ai créés, et de toute éternité Je vous ai aimés avec une charité incomparable, et c’est pourquoi Je vous ai attirés avec miséricorde.  Vous n’aurez jamais une confiance excessive en votre Dieu si bon et miséricordieux, parce que la vraie confiance est fondée sur la vérité, et cette vérité éternelle est que Je suis infiniment bon.  Si vous vivez de mon Évangile, mes enseignements porteront du fruit en vous, et vous comprendrez que si vous avez été favorisé plus que beaucoup d’autres, ayant été attirés par mon amour, vous devez aussi essayer plus fort de Me donner et de compenser pour ceux qui ne reconnaissent pas le don de Dieu.’ » 

« Notre Dame a dit que ‘maintenant les signes des punitions commencent’ et que ‘nous y sommes presque.’  Puis Jésus a ajouté: ‘Ce qui fait le plus mal à mon Cœur, c’est que les enfants se détournent de Moi, et Je veux que vous m’amenez les petits, car J’aime l’innocence, et en particulier les malades.  Ce sont ceux qui ont le plus besoin de Me connaître dans ma bonté.  Je veux les aider, les consoler comme Je l’ai fait dans ma vie sur terre.  Ce qui est propre à mon Cœur, c’est de faire le bien, de consoler ceux qui souffrent, d’adoucir leur fiel amer et de Me montrer généreux envers ceux qui m’aiment par la souffrance.  Il n’y a pas de consolation comparable à celle qui soutient l’âme et encourage la souffrance chrétienne avec foi et amour.  Aidez-moi, vous, à atteindre ceux que J’aime tant ; laissez-les comme fruit de mon passage, des paroles qui leur donneront du courage dans leurs souffrances.’ »

« Notre Seigneur m’a dit : ‘Priez beaucoup.  Les prières de mon Église sont belles et profondes; mais souvent, vous ne les faites que de manière superficielle.  Par mon Eglise et vos prières, Je vous prêche et vous éclaire.  J’ai préparé le pain des enfants, ce qui n’empêche pas chacun de prendre ce qui lui convient selon ses besoins.  J’ai le Cœur grand et bon.  Je veux parler à vos âmes et vous faire comprendre combien Je suis doux et bon dans ma miséricorde.  Si tu es un pécheur, elle t’attend, elle te pardonne, elle s’offre pour toi et dit à notre Père Céleste : Pardonne-lui parce qu’il ne Te connaissait pas, parce qu’il ne savait pas à quel point Tu es bon.  Et vous, mes bien-aimés, enfants de ma tendresse : voyez comment la charité Me tient prisonnier sur l’autel.  Là Je m’offre pour vous.  Pour vous Je renouvelle l’offrande du Calvaire, avec tout l’amour du Père … Ouvrez vos seins à ces vagues de tendresse infinie, dans lesquelles Je veux plonger vos âmes.  Soyez bons, soyez saints, comme Je suis bon et saint.’ » 

« Jésus m’a dit : ‘Mon amour pour mes petites créatures est un amour plein de tendresse.  Ne voyez-vous pas que Je me penche vers les plus petits ?  C’est ainsi que Marie l’a chanté, un amour tendre et fort, et le plus tendre, le plus fort.  Tel est l’amour que Je veux vous communiquer.  Plus votre amour pour Moi et pour les âmes sera fort, plus il sera tendre et vrai, sans crainte de faiblesse …  L’amour est fort comme la mort, et sa tendresse même est ce qui nous pousse à tout héroïsme et tous les sacrifices.’ » 

« Jésus m’a dit : ‘Avec l’âme ouverte à recevoir ces ondes de tendresse, qui sont la lumière de ma bonté, de ma charité miséricordieuse, n’êtes-vous pas émus de vous voir l’objet d’un tel amour, le théâtre de tant de bienfaits, malgré votre misère ?  Ce contact avec ma tendresse infinie, que vous ne méritez pas non plus, car vous pouvez peut-être finir par m’être infidèle, est ce qui produira en vous la contrition parfaite.  Cette douleur purifie votre âme et vous purifiera pour être plus vigilant, pour prier avec plus d’insistance et vous confier à Marie, pour qu’elle vous aide à ne pas retomber.  Quiconque reçoit dans son âme les ondes de mon amour, de ma tendresse infinie, peut-il faire autre chose que ce qui dépend de lui pour ne pas me déplaire, pour ne rien me refuser ?  Ne se sentira-t-il pas aussi débordant de tendresse envers son prochain ?  Alors il n’aimera plus son prochain par inclination naturelle, mais par le mouvement du Saint-Esprit, un amour essentiel qui lui est communiqué, un amour plein de tendresse dont cette âme se sent aimée.’ »

« La Mère Divine a insisté sur le fait qu’elle voulait ‘la prière, beaucoup de prière, parce que la prière doit sauver le monde.’  Jésus a continué: ‘Je veux vous donner le secret de m’aimer, qui n’est autre que de vous appliquer à Me connaître dans ma bonté, en pratiquant beaucoup d’actes de foi en cette bonté, en mon amour, en ma miséricorde envers les humbles, les charitables, les obéissants, les petits.  Priez, implorez et donnez-vous par Marie à mon amour miséricordieux.  Libérez vos âmes, donnez-moi des cœurs vides par l’humilité, agrandis par la charité, préparés par l’obéissance; parce que Je n’aime pas les fruits de votre volonté propre, qui ne sont pas mes fruits, ceux de ma volonté.’ »

« La Vierge a commencé par me dire : ‘Tout le monde dort encore et Jésus se lasse d’attendre’, et Il a poursuivi : ‘Ne soyez pas égoïste ; pensez à ces pauvres âmes qui ne me connaissent pas et qui Me présentent comme un Seigneur rigide et sévère; qui ne m’aiment pas, qui ne me servent que lorsqu’ils sont forcés, et même alors ils ne me servent pas ; ils fuient et ont peur de se donner à Moi.  Regardez votre mère.  Au Ciel, Elle n’est pas inactive ; Elle veille sur vous sans cesse, exerçant la fonction de Médiatrice pour les pauvres pécheurs.  Elle aimerait que vous l’aidiez.  Faites passer vos sacrifices et vos actes d’obéissance par Marie.  Par Marie, consacrez-vous à Moi, de plus en plus comme petits serviteurs du Christ Roi.  Priez beaucoup ; Priez par l’intercession de Marie que le Propriétaire de la moisson envoie des ouvriers.  Priez pour que toutes les brebis errantes trouvent la bergerie de l’Église.’ »

« La Mère m’a dit: ‘Très bientôt les châtiments viendront ; Dites-le au public pour qu’il se prépare, même si cela ne profite pas à la plupart d’entre eux.’  Jésus a poursuivi : ‘Vous, mes enfants, ceux qui croient aux Apparitions de votre Mère, vous devez montrer l’exemple, vous devez vous démarquer dans l’obéissance et l’humilité, car J’ai de très grands projets pour vous.  Les méchants cherchent à Me jeter de partout et de se passer de Moi ; Vous, les miens, mettez-moi toujours en premier.  Ils veulent aussi une fausse liberté et dominer les autres pour les mettre dans un plus grand esclavage ; Mais vous, mon peuple, restez sujets de votre Christ et vous serez libérés de l’esclavage des vices et des passions, et Je vous assure que vous aurez la valeur de vos opinions.  Je veux vous donner la croix, car Je ne vous veux pas sans croix ; et montrez par votre conduite que mon joug est doux et mon fardeau léger.  Servez-moi avec passion, joie, sainteté et amour.’ »

« Jésus m’a dit: ‘Je veux que vous soyez de petits serviteurs du Christ Roi.  Profond et plein est le sens de « petits serviteurs ». Cela comprend l’abnégation de ne rien faire d’autre que ma Divine Volonté.  Heureux celui qui entend la parole de Dieu et la met en pratique. Je vous promets que Je répandrai ma bénédiction là où l’image de mon Cœur sera exposée et honorée. Plus  vous vous rapprochez de l’état d’innocence par la pureté de votre vie et l’union avec Moi, plus vous participerez à la vraie vie qui est toute charité.’ »

« Notre Dame m’a déclaré : ‘Les châtiments ont commencé à l’étranger et aussi en Espagne, bien que personne ne le remarque.  Préparez-vous, car la faim viendra bientôt.’  Jésus a continué : ‘Je veux beaucoup de cœurs vides par l’humilité et élargis par la charité.  Je veux des cœurs qui ne battent que pour Moi, qui portent ma croix.  Et ces cœurs, tu sais pourquoi Je les veux ?  Peu importe ce que tu dis, tu ne devineras jamais.  Je les veux pour garder mes trésors en eux ; Je souhaite y déposer mes bijoux.  Et tu sais ce que sont ces bijoux ?  Eh bien, ce sont toutes ces grâces que Je veux répandre sur la terre, et Je trouve si peu de cœurs qui m’acceptent et alors, Je les utilise pour les déposer.’ »

Dans ces visions suivantes, jusqu’à indication contraire, la Vierge lui parle d’abord de concepts particuliers, et puis Jésus suit et enfin donne sa bénédiction.  Il dit ainsi : « L’Italie, arrosée du sang de tant de martyrs, est l’esclave d’une démagogie diabolique, qui a réussi à se constituer en conseiller du pouvoir ; et la pauvre Espagne, conquise pas à pas par la Croix, est devenue un peuple de subjugation, qui court au précipice et lutte pour briser ses traditions, son histoire et sa propre façon d’être.  Oh saints Crucifères, vous détruirez la maudite secte mahométane ; vous mettrez fin à toutes sortes d’hérétiques et de sectes du monde, et vous serez la fin de tous les tyrans ; vous mettrez le silence avec une paix perpétuelle dans tout le monde ; vous rendrez tous les hommes saints par la force ou la volonté.  Oh saint peuple, oh peuple béni de la Sainte Trinité !  Le chef fondateur sera le grand capitaine du peuple saint, appelé les Saints Crucifères de Jésus-Christ.  Ils gagneront la domination sur le monde entier, à la fois temporellement et spirituellement.  Ces serviteurs de Dieu purifieront le monde avec la mort d’un nombre infini de rebelles.  Le chef et fondateur de cette milice sera le grand réformateur de l’Église de Dieu. »

La Très Sainte Vierge a ajouté : « La méchanceté du monde est si grande que Je ne peux pas arrêter le bras de mon Fils indigné, surtout par le blasphème, la profanation des jours saints, l’impureté, l’abandon ou la négligence de la prière et l’oubli de Dieu.  Pour tant de crimes, et pour m’aider à contenir le bras de mon Fils, les miens souffriront assez. »  Alors Jésus a continué : « Oh, très ingrats !  Vous m’offensez sans cesse et J’obtiens le pardon de mon Père, mais le temps est venu de ne pas vous accorder miséricorde.  Je donne à chacun miséricordieusement assez de lumière pour connaître la grande éternité, mais la pénitence leur fait peur. Aïe !  Aïe ! … de ceux qui ne font pas pénitence. »

« Jésus m’a dit : ‘Ce seront des signes précurseurs de la guerre : de la tiédeur religieuse et de la corruption des coutumes, le vice considéré comme vertu et la vertu comme vice, les croyants considérés comme des imbéciles et les incroyants comme éclairés.  Les bouleversements dans l’Église n’ont pas terminé : un très grand se produira, mais pas très long, après quoi les choses vont se calmer.  Un temps viendra où la foi en Moi déclinera de telle manière que peu de gens la garderont.  La persécution des méchants contre les justes sera si grande que les justes devront subir un véritable martyre.  Les choses atteindront leur comble, mais quand la main de l’homme ne pourra plus et que tout semble perdu, Je lèverai la main et réglerai les choses.

« Sachez qu’un Roi, (le grand Monarque), régnera avec justice, et ses magistrats régneront avec droiture.  Et cet homme sera comme un refuge pour se protéger du vent et s’abriter des tempêtes.  Et il sera comme un ruisseau d’eau douce en temps de sécheresse, et comme l’ombre d’un rocher élevé au milieu d’un terrain vague. »

« Les hommes ont refusé de recevoir un Dieu bon et miséricordieux, et ils verront comment Il déchargera sur eux la colère d’un Dieu justement irrité ; ils verront que Dieu n’est pas insulté en vain et ils reconnaîtront, même tardivement, que Je suis Omnipotent.  Avant que la paix ne vienne en Espagne, le désir de richesse conduira les hommes à renier la foi, et beaucoup de ministres de l’Église, animés par le plaisir de la chair et la beauté et la lascivité des femmes, abandonneront le célibat, et partout le démon sera libre parmi eux. »

« Les Crucifères, les plus fidèles choisis du Très-Haut, ne pouvant vaincre les hérétiques par l’écriture, se déplaceront impétueusement contre eux avec des armes.  Le moment vient où Je visiterai le monde avec la nouvelle Religion des Crucifères, avec le crucifix élevé sur la plus haute bannière et au meilleur endroit.  Une bannière admirable aux yeux de tous les justes, qui au début sera ridiculisée par les incroyants, les mauvais chrétiens et les païens; mais après avoir vu les merveilleuses victoires contre les tyrans, les hérétiques et les infidèles, leurs moqueries se transformeront en larmes.  Oh, Saints Crucifères, choisis par le Très-Haut, comme vous êtes agréables à Dieu !  Le Fondateur réformera l’Église de Dieu, avec ses disciples, qui seront les meilleurs hommes du monde en sainteté, en armes, en lettres et en toutes autres vertus, car telle est la volonté du Très-Haut. » 

« La Sainte Vierge m’a dit : ‘Le bras de mon Fils est si lourd que, seule, Je ne peux plus le tenir.  Je veux que vous offriez toutes les bonnes œuvres que vous faites pour que vous puissiez soutenir le bras de mon Fils indigné.’  Puis Jésus a continué : ‘Ah, l’Espagne, l’Espagne, nation aveugle, écoute la voix du Seigneur qui veut exécuter en toi ses grandes justices ; Ne vois-tu pas au fond de cette atmosphère sombre environnante un iris de paix, une aurore de joie ?  Ôte ton aveuglement volontaire ; vois qu’un jour non loin viendra Celui qui te jugera.  Malheur à toi, méchant gouverneur … Préparez-vous, préparez-vous, des temps terrifiants s’approchent.  Oh, comme les hommes sont ingrats!  Comme ils Me correspondent peu ! … Bientôt les vagues rougeâtres vous porteront avec des grondements terrifiants à la vague impie qui repose en Espagne, et mes apôtres les plus ingrats sont assis dessus …’ » 

« Jésus a dit : ‘La terre est couverte de crimes, et la violation des trois premiers commandements de ma Loi a irrité mon Père ; avec le blasphème de mon Saint Nom, et la profanation du dimanche, ils ont comblé la mesure des iniquités.  Ces péchés sont montés jusqu’au trône de mon Père, provoquant sa colère, qui se répandra si sa justice n’est pas apaisée.  En un rien de temps, les crimes ont augmenté si haut…’ » 

« Les premiers à appartenir à l’ordre des Crucifères seront de la ville de Séville, où l’iniquité, les vices et les péchés abondent.  Les habitants de cette ville passeront du mal au bien, des rebelles contre Dieu, à ses serviteurs les plus fidèles et les plus fervents.  Ce sera une ville tellement aimée de Mon Sacré Cœur et du Grand Monarque.  Écoute, oh peuples qui habitent l’Espagne … le temps viendra où vous jouirez de la vraie et ancienne liberté; car détruite sera la fausse liberté que ces méchants utilisent !  Le gouvernement tyrannique sera anéanti, malgré ses terribles efforts, et la vraie religion fleurira dans toute l’Espagne. » 

« Je suis descendu à Ezquioga car il y en a peu de bons.  Je viens pour convertir les méchants, pour garder les bons et pour avertir que de nombreuses punitions arrivent pour que tout le monde soit préparé et alerte; mais j’y parviens peu. » 

« Notre Dame a commencé par me dire de prier pour les pécheurs ; d’avoir beaucoup de dévotion aux âmes du Purgatoire et de prier beaucoup Jésus dans le Saint Sacrement »

« Pendant le châtiment, il y aura cinq jours de communisme et le feu tombera sur trois jours et il n’y aura pas d’aube.  Que pendant ces trois jours personne ne quitte la maison, car les hommes confus vont commencer à s’entre-tuer. »

« Il y aura des tremblements de terre, commençant à l’étranger et plus tard en Espagne … Le feu détruira les récoltes … La première année, il y aura la famine et beaucoup seront condamnés.  Au cours de la quatrième année, les récoltes commenceront, puis cela s’améliorera.  Les plus petits enfants mourront dans les bras de leur mère.  L’acte de repentance que les méchants font à leur mort, ne les aidera pas car ce ne sera pas par contrition mais par peur du châtiment.  Un jour viendra où en prenant un pas, nous trouverons un mort et en prenant un autre, un autre mort, de telle manière qu’ils dégageront des chemins des cadavres, comme ils font quand il y a de la neige.  Paris sera calciné, Marseille engloutie par la mer, la Catalogne a un lourd fardeau sur elle ; Madrid, Barcelone, Saint-Sébastien et Malaga sont ceux qui ont le plus lourd fardeau … il y aura une maladie contagieuse dont beaucoup de gens mourront … pendant le châtiment, les hommes seront très mauvais et oublieront Dieu.  Après, le Christ régnera.  Il y aura trois grands châtiments et aussi trois grands miracles.  Heureux celui qui meurt au premier châtiment. » 

« Notre Dame m’a dit que nous avons le châtiment sur nous, parce que Jésus ne peut plus attendre ; qu’il faut prier beaucoup pour les pécheurs, dont les yeux sont fermés; que Saint-Sébastien sera engloutie par la mer; que nous devons faire beaucoup de prière et de pénitence, que nous devons être courageux, car les siens seront très persécutés. »

« Bientôt, la terre sera cruellement fouettée.  Ce fléau sera ressenti par tout le monde et sera si terrible que chacun qui survit va penser qu’il est le seul à être libéré du châtiment.  Ce châtiment sera très court, mais terrible.

Cette république impie qui repose en Espagne, dont l’apparition a été le signe des châtiments à venir, sera bientôt totalement ruinée; mais des temps encore pires viendront.  Les communistes prendront le pouvoir en Espagne et chasseront les bons et tant que les bons seront à l’extérieur, Je punirai cruellement toute l’Espagne sans crainte.  Les bons devront fuir vers les déserts, mais Je déclare que vous ne souffrirez pas de la faim, car Je vous nourrirai.  Plus tard dans le désert où vous vous trouvez, des maisons seront construites et il sera peuplé.  Là, dans le désert, vous rencontrerez celui qui devra plus tard régner (c’est-à-dire le Grand Monarque). Après avoir passé trois ans et demi dans le désert, vous pouvez revenir en Espagne, car, pour le moment, les châtiments auront terminés.  Et c’est à ce moment que viendra le Règne du Sacré-Cœur de Jésus, mais ce règne sera intérieur.

Et après mon règne intérieur, l’Antéchrist viendra.  En ce moment, il y aura aussi de terribles châtiments et une grande persécution contre les bons et la plupart d’entre eux seront martyrisés.  Il y aura beaucoup plus de martyrs qu’il n’y en a jamais eu et le Ciel sera rempli de palmes.

Ensuite viendra le Jour du Jugement et les justes vivront encore mille ans… A ce moment, il ne sera pas possible de pécher, donc ce sera comme une sorte de Paradis sur terre. » 

« Ma fille, Je veux que tu ouvres les yeux des gens en leur disant : que Je ne suis pas descendue à Ezquioga pour faire des miracles, mais plutôt pour les avertir que les châtiments arrivent et qu’ils doivent se préparer, car le Père Céleste, justement irrité, va bientôt décharger sa colère divine sur les hommes.  Oh quel jour terrible sera le jour des châtiments !  Ma fille, Je suis descendue parce que Je vous aime mais personne ne m’écoute, mais, vous qui êtes les miens, n’ayez pas peur car Je vous aiderai, même si vous devrez beaucoup souffrir !  Mes perles précieuses qui sont les Crucifères portent des croix sur leurs seins.  Moi, Je suis sur ces croix.  Cette Religion sera la seule qui existera plus tard dans le monde ! Combien J’aime que tu sois parmi eux !  Mais les yeux qui sont fermés ne verront jamais.  Ils n’ont rien vu.  Que vais-je faire pour mes enfants ?  Rien de plus ne peut être fait ! 

Pour qu’ils ouvrent les yeux, il faut blesser.  Mon fils attend toujours, mais le Père a le calice rempli à ras bord.  Il est prêt à blesser bientôt.  La foudre s’abattra sur la terre et des villes entières disparaîtront.  Et après cela, pensez-vous qu’ils vont croire ?  Ils penseront que c’est une question de la terre.  Oh Espagne, toi qui as toujours été le berceau du Cœur qui t’aime !  Pourquoi tu te laisses battre ? …

Beaucoup de guerre, beaucoup de guerre.  Les Pyrénées n’en ont jamais vu une pareille.  La catastrophe a été promise de commencer à l’étranger, pour avertir les Espagnols.  A cette époque, les prêtres seront les pires.  Le gouvernement leur a dit qu’il leur enlèverait les églises, et ce sera ce qui les soulèvera, étant un châtiment pour ne pas savoir accomplir leur ministère.  Il y en a beaucoup qui sont prêts à porter des vêtements civils, car, avant de remplir l’obligation qu’ils ont, ils s’occupent de la politique, des cercles et des réunions. » 

Ce qui s’est passé à La Salette s’est passé à Ezquioga, l’Apparition ayant eu lieu le 19 septembre 1846.  L’évêque de Grenoble a imposé des peines canoniques à quiconque prêchait ou publiait l’événement mystérieux ; des peines qu’il a dû lever cinq ans plus tard, après que le Pape Saint Pie IX avait examiné le secret de Maximin et de Mélanie, leur a envoyé sa bénédiction et a déclaré que le livre traitant de l’Apparition de La Salette respirait la vérité.  Ce qui s’est passé à Lourdes s’est passé à Ezquioga ; l’opposition cruelle et soutenue à ces Apparitions était aussi grande que la foi et le dévouement mêmes, qui ainsi s’étaient réveillés en France à la suite des événements.  L’autorité ecclésiastique était restée indifférente jusqu’à six mois après le fait quand elle a pensé qu’elle devait se mettre au travail.  Bernadette était initialement considérée comme hallucinée pour être béatifiée plus tard; et de longues années se sont écoulées jusqu’à ce que le fait soit consacré.

Il y avait ceux qui disaient : « Il n’est pas encore l’heure » d’affirmer la vérité et de faire sentir la vertu et d’exercer la justice et de manifester la gloire de Dieu et de sa Mère, et d’attirer la miséricorde du Ciel sur les hommes.  S’il n’est pas encore l’heure pour toutes ces choses, il est peut-être l’heure de s’abandonner à l’inertie; pour exposer les choses saintes au rire, au dédain, aux injures, à la calomnie et à la perdition ; retarder l’heure de la miséricorde divine sur la nation et sur le monde ; et de perdre l’opportunité que le Ciel offre, pour la restauration de ce qui est tombé, qui est presque tout.  C’e n’est pas encore le moment ?  Mais quand sera le moment ?  Quand le diable et les méchants auront suffisamment récolté ?  Quand les bons se seront fatigués ou auront dansé au son de ceux-là ?  Quand tout aura disparu… ? Pour beaucoup, c’est peut-être l’heure.  Mais quelle énorme responsabilité ! 

À Ezquioga, la Très Sainte Vierge Marie est apparue à différentes occasions, l’épée à la main.  Certains ont trouvé cela incompatible avec la bonté, la miséricorde, la douceur et les autres qualités pacifiques de Notre-Dame : « Mère de la miséricorde; notre vie, douceur et espérance. »  Mais ni dans l’histoire, il n’y a eu un temps, sauf avant le Déluge, de plus grande incrédulité, de désordre rationnel et de vice sensuel que le présent : vice, désordre et incrédulité qui atteignent absolument, à peu d’exceptions près, toutes les classes et catégories sociales.  La Très Sainte Vierge dans ses Apparitions et révélations ne s’exprime pas autrement.  Elle est venue pour remédier au mal, mais personne ne veut l’entendre.  Quoi de plus logique alors que sur l’Humanité qui se vautre dans la boue et s’endurcit dans le mal, de terribles châtiments tomberont, exemplaires et inouïs, quelque chose de semblable aux Déluge mais très différent parce qu’ils seront pires ?  Quoi de plus naturel que le fait que l’humanité soit châtiée et corrigée, et que ceux qui survivent soient plus justes et marchent sur la voie que Dieu a établie ?  Et quel symbolisme plus exact de ces châtiments exceptionnels que l’épée ou les épées avec lesquelles, au début, la Vierge Mère est apparue ?

Paroles de Notre-Dame donnant raison de ses Apparitions : « Si Je suis venue sur terre, c’est parce que Satan a pris le contrôle du monde et veut mettre fin aux catholiques. »  « La cause de mon Apparition à Ezquioga est dans la défection des ministres de mon Fils, qui n’assistent pas, comme il se doit, à leurs églises ; et pour cela Je cherche d’autres chères âmes, pour qu’elles travaillent, dans ce que ces autres oublient. »  « Jésus-Christ, mon Fils, est très offensé par les outrages qu’il reçoit du monde, et Il veut envoyer un châtiment.  Mais Moi, en tant que Mère de tous, Je suis venue annoncer à mes enfants qu’ils se rectifient, car, sinon, ils recevront le châtiment du Père. »  En un mot : l’oubli de l’accomplissement de nos petits devoirs, leur tourner le dos, et le désir suprême du Ciel de sauver l’humanité égarée, est la triple cause des Apparitions de la Sainte Vierge à Ezquioga et, comme dans La Salette, comme à Fatima, Elle se plaint si amèrement de tous ses enfants, en particulier de beaucoup de ses prêtres qui non seulement ne marchent pas sur le chemin de la sanctification pour eux-mêmes et pour les autres, mais sont un obstacle au salut de beaucoup.

La réponse du monde à tant d’Apparitions et de miracles de la Très Sainte Vierge Marie a souvent été une inertie infertile, un triste déni et une incrédulité noire.  Mais pourquoi ne pas s’intéresser à la question et enquêter de manière approfondie ?  Pourquoi le laisser et dire : « Il n’y a pas d’obligation de croire, parce que ce n’est pas un dogme de foi », pour qu’un public ignorant de ces questions finisse par dire, comme il le dit : « il n’y a rien ici » ?  C’est un grand péché, voire très grand, qui d’une part, laisse une question de tant d’importance à la merci des vagues du monde, qui pourrait finir par l’écraser contre les rochers de l’oubli, tandis que, d’autre part, elle entrave la gloire de Dieu et de sa Mère, et la sanctification et le salut des âmes qui est la double fin suprême de l’Humanité, l’empêchant de donner le résultat exigé par le Plan Divin. 

Il faut enquêter et examiner les faits qui, prouvés même par des miracles, devraient apporter tant d’honneur et de gloire à Dieu et à la Vierge, et servir le peuple catholique; tandis que le monde les laisse dans un triste abandon et déclenche une persécution éhontée pleine de calomnies, d’insultes et d’infamies contre tous ceux qui sympathisent avec les Apparitions.  

Nous demandons : Existe-t-il de graves causes sociales et d’autres, qui montrent que les apparitions sont raisonnables et logiques ?  Oui ; d’abord la gravité du moment présent universel.  Aussi silencieux qu’il est connu et ressenti, le moment présent universel provoque la plainte amère générale : « Cela va mal.  Nous sommes à l’embouchure d’un volcan.  Le jour le moins attendu, un cataclysme surviendra  Ça vient, Ça vient déjà. »  Et le monde entier vit dans une inquiétude constante et une angoisse perpétuelle, attendant l’heure tragique du châtiment de la corruption humaine.  Mais le plus surprenant est que les hommes, confrontés à des maux aussi énormes, vivent avec le dos tourné vers leur Créateur, ils lui ferment leurs portes et même Le blasphèment et Le persécutent.  Ainsi est arrivée l’apostasie de Rome, lorsque les mêmes catholiques de l’époque, et même la crème d’entre eux, ne s’inquiétaient pas parce qu’ils avaient abandonné les voies de Dieu, parlant, travaillant et vivant apparemment comme des chrétiens, mais ils n’étaient pas vraiment.  L’esprit de l’Évangile, dans l’immense majorité, a disparu, ne laissant que sa lettre sacrée ; mais l’esprit, où est-il allé ?

Notre époque est très similaire à celle où Jésus-Christ vivait sur terre.  Il la décrit de manière monumentale dans les Évangiles.  Surtout quand Il jette au visage des scribes et des pharisiens leur manière particulière d’agir : qu’ils transgressaient le commandement de Dieu, le précepte de la charité, pour suivre la tradition ; qu’ils honoraient Dieu de leurs lèvres, mais que leur cœur était loin de Lui ; qu’ils enseignaient les doctrines et les commandements des hommes ; qu’ils disaient mais ne faisaient pas ; qu’ils imposaient aux autres des obligations lourdes et insupportables, quand ils ne voulaient pas lever le petit doigt pour les remplir ; qu’ils pratiquaient leurs œuvres pour être vus par les hommes ; et ils aimaient les premiers sièges, et ils désiraient être accueillis sur la place comme des professeurs et des médecins ; qu’ils allaient mendier les louanges les uns des autres et ne cherchaient pas cette gloire qui vient de Dieu seul, et ainsi de suite. 

C’est précisément pour cette dernière raison que les scribes et les pharisiens n’ont pas reçu ni cru en Jésus-Christ ; et ce sont certainement la vanité, qui provoque la flatterie, et l’orgueil, qui engendre la présomption, qui nous éloignent de Jésus Christ et de sa Très Sainte Mère.  Ah!  Et comment nos Enseignants Divins soulignent tout cela dans les divers Messages envoyés sur terre, à travers les voyants.

Mais il y a plus.  Le Saint-Père Pie XI a averti dans une de ses judicieuses encycliques de 1932, que les moments difficiles que l’humanité traversait, même en ce moment-là, n’étaient que comparables à l’époque où Noé, par ordre divin, prêchait la pénitence à un monde subverti, et construisait l’arche du salut pour les justes.  Et encore plus ; Jésus et la Sainte Vierge annoncent que les temps actuels sont les pires depuis que le monde est devenu monde.  Nous sommes donc à la veille d’une catastrophe inévitable que seule une pénitence universelle pourrait atténuer. 

Dans les Derniers Temps, notre Sainte Mère doit être mieux connue, aimée et glorifiée qu’elle ne l’a été jusqu’à présent.  La Sainte Vierge est restée humble et cachée tout au long de sa vie de pèlerinage sur terre, et c’est précisément à cause de cette humilité et de cette vie cachée que la Divine Dame n’a pas été aimée et glorifiée comme elle devrait l’être ; au cours de l’histoire de l’Église, Elle n’a pas reçu toute la gloire et l’honneur qui lui sont dus parce qu’elle n’a pas été suffisamment connue, jusqu’à ce que ses gloires soient publiées dans les Saints Conciles Palmariens.  C’est pourquoi certains saints ont prophétisé qu’en atteignant le temps des apostasies générales, la Vierge commencera à être mieux connue et aimée, parce que c’est la volonté du Dieu Tout-Puissant, qui veut que sa Mère soit glorifiée et honorée comme Elle devrait l’être, et plus connue et aimée que jamais.  Pour prêcher la pénitence et nous ouvrir les chemins du salut, c’est pourquoi, en particulier, la Sainte Vierge a fait sentir son auguste présence parmi nous.  Et pour cela, cette sainte Mère s’est extraordinairement montrée à La Salette, Lourdes, Knock, Fátima, Ezquioga et El Palmar de Troya. 

L’Espagne a toujours été la nation préférée de Marie et la nation catholique par excellence ; Mais il est également évident que l’Espagne est aujourd’hui le patrimoine des adversaires du catholicisme, qui ont pu accéder au pouvoir précisément à cause de la défection et de la reddition de beaucoup de bons.  Et Marie, qui nous a rendu visite une fois, érigeant un trône à Saragosse, a une immense compassion pour son peuple, et Elle a douloureusement déploré, à Ezquioga, à Garabandal et enfin à El Palmar, pour réveiller ses enfants profondément endormis, ou pour les élever de la sale boue dans laquelle ils sont profondément plongés, pleurant à travers les voyants, afin que nous pratiquions la prière avec insistance, fassions de dures pénitences, offrions des sacrifices acceptables et nous donnions entièrement à Dieu : ce qu’elle a demandé à La Salette, à Lourdes, à Fatima et dans le monde entier ; car l’heure de la purification du monde approche, et tout particulièrement en Espagne, par le dur fléau divin. 

Il suffit de regarder la dure réalité.  Et quand le vice et l’hérésie, l’apostasie et l’athéisme font une démonstration publique, il n’en est pas moins vrai qu’ils atteignent toutes les classes sociales sans exception.  Malgré tant d’Apparitions et de miracles, les masses catholiques ne se sont pas réveillées, mais ont fait la sourde oreille au cri continu du Ciel ; ceux qui se sentaient poussés vers la repentance sont devenus froids ; et à cause de l’un ou de l’autre, presque tous se sont révoltés contre les Apparitions les plus transcendantales de toutes, celles d’El Palmar, les niant, se moquant d’elles et les persécutant par tous les moyens, même les mauvaises.  Où est la foi ?  Ils sont arrivés à l’apostasie générale, parce qu’ils ont pris le chemin de l’incrédulité.  Mais pourquoi ne croient-ils pas ?  Il faut le dire clairement et fort pour que tout le monde l’entende : ils ne croient pas, parce qu’ils vivent des vies matérielles, et pire encore, ils vivent pour de l’argent.  On ne croit pas, pour plaire ou ne pas déplaire à ceux qui prennent les commandes et vivent une vie de matière et de métal.  La matière et le métal, par leur lourdeur, poussent vers le bas. 

Si on veut croire, il faut se détacher de cette vie et la haïr, et poursuivre la vie surnaturelle, non seulement pour l’admirer et la célébrer, mais pour bien la vivre : nous ne devons pas admirer et chanter le Christ et Marie comme passés, mais présents en nous ; et non comme morts, mais vivant parmi nous et en nous.  Pour cela, nous devons bien vivre leur vie.  Le surnaturel est un esprit qui, en raison de sa légèreté, monte au Ciel. 

Les Apparitions Mariales des Derniers Temps constituent une exceptionnelle floraison surnaturelle, aussi grand et extraordinaire que le sont les dénégations, les renoncements et les apostasies des temps actuels.  Les fruits sont appelés à être immenses, car la prévarication humaine est inconnue.

Les Apparitions d’Ezquioga sont d’une grande importance; elles prophétisent l’ordre religieux des Crucifères de Séville, et elles sont aussi un prélude aux Apparitions d’El Palmar, puisqu’elles ont en commun qu’elles sont exceptionnellement prodigieuses, avec de nombreux voyants ; guérisons de maladies, conversions de pécheurs, découvertes de secrets intimes, prophéties accomplies, punitions méritées, faveurs spéciales reçues et sanctifications des âmes chrétiennes au cours des diverses années d’Apparitions et de révélations célestes.

La grandeur colossale de la merveilleuse affaire aveugle les ennemis des Apparitions ; elle les effraie, les rabaisse, les écrase et les désoriente.  Et ils attaquent de tous côtés et par tous les moyens pour nier, dénigrer et essayer d’empêcher le travail surnaturel de gagner en force. 

Mais tenez compte de ce que la Sainte Vierge a dit à Ezquioga: « La Gloire du Christ ne sera pas appréciée par ceux qui ne l’ont pas défendue », et la gloire du Christ est la gloire de sa Mère, que, bien sûr, ils mettent après leurs intérêts personnels, et ceux-ci ne leur valent absolument rien pour le jour de la grande épreuve.

Pourquoi insistent-ils pour attaquer comme ça ?  Car ici la justice de Dieu saura venger les torts infligés à sa Mère, d’autant plus qu’en insistant pour continuer ainsi, tant d’âmes ont déjà été perdues et continuent de l’être.

Le moyen que le Ciel utilise pour sauver l’humanité aveugle et distraite d’aujourd’hui, invétérée dans le péché, est le moyen même que ses ennemis utilisent pour le déni, la diffamation et l’insulte.  Il n’y a pas de remède chez les humains.  Ces moyens suprêmes sont les multiples Apparitions de la Très Sainte Vierge, les Apparitions répétées, aussi durement combattues que mal comprises, précisément à cause du manque de foi et de sens chrétien.  Des Apparitions qui ne sont nullement nouvelles dans l’Église de Dieu, mais répétées par l’Histoire ecclésiastique de tous les siècles.  Saint Origène lui-même nous parle de nombreux garçons et filles qui ont eu des visions répétées similaires à celles auxquelles nous avons affaire.  C’était, a-t-il dit, « une floraison surnaturelle attribuée aux besoins de ces temps de persécution. »  Mais ces temps-ci sont certainement plus désastreux même que ceux temps-là à cause du manque de foi.  Est-il alors surprenant que maintenant, face au besoin actuel plus grand, il y ait des apparitions plus grandes et plus répétées ?