Santa-Teresa-resize

Messages donnés par Sainte Thérèse de Jésus à Clemente Domínguez y Gómez, aujourd'hui le Pape Saint Grégoire XVII, le Très Grand

4 janvier 1970

(Sagrado Lugar del Lentisco de El Palmar de Troya. Apariciones y Mensajes a Clemente Domínguez:)

Santa Teresa de Jesús

(Lieu Sacré du Lentisque à El Palmar de Troya.  Apparitions et Messages à Clemente Domínguez:)

Sainte Thérèse de Jésus

«J’intercède pour mon Espagne bien-aimée, mais vous devriez invoquer ma fille Thérèse, prédestinée par le Père Éternel pour le salut du monde. Je vous aime tous. » (Une des personnes présentes a déclaré qu’elle était la plus grande des femmes après la Vierge Marie.  Sainte Thérèse a répondu:) « Non, mon enfant ; cela est aux yeux de l’homme.  Dieu dispose les choses avec sagesse. Vous avez oublié de grands saints.  À la Cour Céleste, nous jouissons tous d’une grande harmonie: votre Apôtre Saint Jacques, le Roi Saint Ferdinand, Saint Albert le Grand, Saint Martin de Porres, qui occupe une place éminente au Paradis grâce à son humilité et au mépris du monde envers lui.  Votre Saint Clément, Pape et Martyr, qui est mort pour la défense de la Vérité. Séville devrait être reconnaissante envers Saint Clément. Mes enfants: évidemment, la famille de Jésus-Christ est au-dessus de tous les Saints.

Mon fils: n’oublie pas de prier pour la médiation du Padre Pio de Pietrelcina.  Vous devriez prier pour accélérer sa canonisation. C’est mon désir, partagé par la volonté de la Vierge Marie, qu’après sa canonisation, il dispose d’un Autel Privilégié dans la future Chapelle de ce Lieu Sacré, afin qu’il puisse vous protéger pendant les jours d’obscurité. »

28 septembre 1970

(Lieu Sacré du Lentisque à El Palmar de Troya.  La Réformatrice Éminente Sainte Thérèse de Jésus est apparue à Clemente Domínguez. Après lui avoir parlé de la Doctrine de la Résurrection de Saint Joseph et de son Assomption en Corps et Âme au Ciel, elle a conclu le message en disant:)

Sainte Thérèse de Jésus

«Mes enfants: je vous demande à tous d’être très dévoués à Saint Joseph, comme je l’étais.  Vous devriez imiter ses vertus. Il intercède toujours pour vous. Priez toujours par l’intercession de Saint Joseph, car il a un grand pouvoir devant le trône de Marie.  Saint Joseph a une grande gloire, très grande; et tous ceux qui l’imitent auront une grande gloire au Ciel. Je vous bénis. » (Le voyant a eu une vision de Saint Joseph au Ciel, plein de gloire.)

Voyage Apostolique de Clemente Domínguez y Gómez à travers l’Espagne

3 août 1971

(Alba de Tormes, Salamanque, Espagne.  Chapelle du Couvent des Religieuses Carmélites Déchaussées.  Sainte Thérèse de Jésus est apparue à Clemente Domínguez et lui a remis le message suivant:)

Sainte Thérèse de Jésus

« Mon cher fils: Le Bon Jésus, Seigneur des seigneurs, Roi des rois, Seigneur des Armées, Délice des bienheureux, Médiateur entre le Père et l’humanité, Serviteur des pauvres, Soulagement des Mourants, vous a envoyé dans ce lieu où ma pauvre chair se repose dans l’attente de la résurrection, de sorte que vous receviez les palpitations de mon cœur, de mon impulsion, de mon esprit, de ma force, et restiez ferme au milieu des épreuves, des chemins défavorables, des mortifications et le mépris des hommes, propre à ceux qui suivent l’Ami Jésus.  

Mon fils: plus tu souffres de combats, d’insultes, de moqueries, d’attaques infernales, de gifles de tes frères, de désertion de ceux que tu aimes le plus, plus tu peux dire: c’est l’Œuvre de Dieu!  Car Jésus a été combattu, insulté, offensé, giflé, traité comme un blasphémateur et accusé d’avoir conspiré contre César; Il a été condamné à Mort sur la Croix, abandonné par ses plus chers amis, ses propres disciples; mais le troisième jour il est ressuscité glorieux.  Si vous voulez vous ressusciter avec Christ, acceptez la Croix. Si vous voulez vous ressusciter avec Satan, vautrez-vous dans les plaisirs de ce monde.

J’AI ÉTÉ TRÈS MAL TRAITÉE PAR MES CONCITOYENS MÊMES, PAR MES FRÈRES DANS LA RELIGION ET TERRIBLEMENT VITUPÉRÉE PAR L’HIÉRARCHIE ECCLÉSIASTIQUE.  Mes voyages étaient considérés comme caprice d’une femme agitée; les commandements de mon Jésus étaient vus comme des obligations de ma part opposées à l’enseignement Paulinien; j’étais sur le point d’être condamné par le tribunal de l’inquisition.  MAIS PERSONNE NE POUVAIT RIEN FAIRE CONTRE MOI, NI LAÏQUES, NI MINISTRES, NI ÉVÊQUES, NI CARDINAUX, DONC LE MOMENT EST ARRIVÉE QUAND JE DEVAIS DÉSOBÉIR À MES SUPÉRIEURS DE LA TERRE ET SUIVRE LES DICTÉES DU GRAND LÉGISLATEUR, JESUS CHRIST, MON DIRECTEUR SUPRÊME, À QUI J’ÉTAIS OBLIGÉE DE ME SOUMETTRE SOUS PEINE DE LA DAMNATION ÉTERNELLE.

Si j’avais désobéi à Jésus et obéi à mes supérieurs de la terre, la magnifique Réforme du Carmel, qui avait fait tant de bien à l’Église et au monde, n’aurait pas été accomplie.  Par la suite, alors que mon corps était dans la tombe, la Sainte Mère Église m’a élevée sur les autels et m’a octroyé d’innombrables titres atteignant à présent le titre culminant de Docteure de l’Église.  Ma soumission au Roi des rois a apporté tout cela.

Mon fils: obéis à Jésus, chaque fois que tu es sûr que c’est la douce voix du Fils de Dieu et du Frère des hommes que tu entends.  Attention à la fausse obéissance à l’Église. Quand les droits de Dieu et le salut des hommes sont en jeu, il n’ya de pouvoir sur la terre que celui de Celui qui a reçu tout pouvoir du Père.  Enfin, je demande à tous ceux qui se consacrent à la publication des merveilles que Jésus et Marie réalisent dans le monde entier, de recourir à mon parrainage et ils acquerront une plume inspirée.  Je vous bénis. »

10 mars 1977

(Séville.  Maison Mère.  Heure: 2 h 25.  Pendant le Culte dans la Chapelle, notre Seigneur Jésus-Christ est apparu à l’Évêque Père Ferdinand.  Quelques minutes plus tard, Sainte Thérèse de Jésus lui est apparue. Le Seigneur a dit:) «Voici parmi vous la Réformatrice du Carmel, Thérèse d’Avila, votre protectrice. »  (Sainte Thérèse a donné le message suivant au Père Ferdinand:)

Sainte Thérèse d’Ávila

«Comme je suis heureux avec mes Carmélites de la Sainte Face!  Et si vous saviez que, lorsque j’étais sur la terre, mon Époux bien-aimé, Jésus-Christ, m’a dit qu’un jour, dans les Temps Apocalyptiques, l’Ordre des Carmélites de la Sainte Face serait fondé!  Et que ce serait une Branche exceptionnelle de ma Réforme ! Combien de grâces viendront sur vous bientôt, très bientôt! Très bientôt en effet! C’est pourquoi le Seigneur a augmenté vos prières et vos pénitences pour vous préparer à de grands événements dans l’Église, événements dans lesquels vous allez jouer un rôle très important.

O mes chers enfants, les Carmélites de la Sainte Face!  Combien je vous aime! Car où est l’esprit de la Réforme maintenant?  Que reste-t-il de l’esprit de la Réforme dans les Carmélites du monde d’aujourd’hui?  Ils se joignent aux chaussés et sont en train de changer toute la Réforme, dans le chemin du progressisme.  Quel chagrin à contempler l’Ordre qui m’a coûté tant de souffrance pour réformer! MAIS VOUS CONSERVEZ L’ESPRIT DE CETTE RÉFORME.  L’ESPRIT DE PRIÈRE ET DE PÉNITENCE. L’ESPRIT DE SOUMISSION À LA VOLONTÉ DE DIEU. VOUS VOUS BATTEZ CONTRE L’HIÉRARCHIE PERVERSE GOUVERNANT AUJOURD’HUI LA SAINTE ÉGLISE.  Je sais à propos de ces choses! Je devais lutter contre des Évêques méchants, des Supérieurs méchants, des Nonces méchants, etc. Mais les méchants d’aujourd’hui sont pires que ceux de cette époque.  Toute la prière et la pénitence que vous faites n’est que peu pour réparer tant d’outrages, tant d’offenses à Dieu.

Combien de Carmélites donnent aujourd’hui le mauvais exemple par leur progressisme ruineux!  Combien d’Évêques dans l’Église officielle ont abandonné la Saine Doctrine et se sont unis au Marxisme, à la Franc-maçonnerie et aux hérétiques!  Vous êtes le petit troupeau sur lequel compte le Bon Pasteur, Jésus-Christ. Faites beaucoup de prière et de pénitence, beaucoup de prière et de pénitence, beaucoup de prière et de pénitence.  Le grand cataclysme qui va tomber sur l’humanité est maintenant aux portes.

O CARMÉLITES DE LA SAINTE FACE!  VOUS ÊTES LES ÉTOILES LUMINEUSES DE L’ÉGLISE AU MILIEU DE LA CONFUSION QUI RÈGNE.  Mais vous devez devenir plus parfait. Vous avez encore beaucoup de défauts. Et cette perfection est atteinte, plus que par les livres, plus que par la lecture, par la prière, la pénitence et la sainte obéissance à votre Père Général. »  (Après avoir donné quelques instructions sur les prières, Sainte Thérèse continue:) « Quelles grâces vous allez recevoir!  Quelles grâces! Elles seront innombrables et très proches.  Cela vaut la peine de faire la prière et la pénitence pour recevoir tant de grâces qui vont étonner le monde.  Des grâces qui ne sont pas accordées à beaucoup d’autres Saints. Quelles merveilles y aura-t-il pour vous dans l’Ordre des Carmélites de la Sainte Face!  Et maintenant, obéissant à votre réformatrice, continuez avec les prières, après ma bénédiction. Je vous bénis. »  (Sainte Thérèse a mis son cœur dans la main du Père Ferdinand.  Le voyant a dit: « Et comment ce cœur transpercé peut-il être ici dans ma main et également gardé en Castille? »  Sainte Thérèse a répondu:) « Mon fils: ce sont des Mystères divins.  Ne soyez pas si curieux. Vous saurez tout en temps voulu.  Maintenant, par désir de la Très Sainte Vierge Marie, enfonce ce Cœur dans le tien! »  (Le voyant a fermement pressé le Cœur de la Docteure Mystique sur son propre cœur.)

6 août 1978

Sainte Thérèse d’Ávila

«Chers enfants, la Réformatrice du Carmel vous parle ici.  Félicitations à vous, puisque votre Fondateur et Père Général a été exalté à la dignité de Vicaire du Christ.  Cet après-midi, la nature elle-même a annoncé la nomination avec le flottement du papillon. Ce n’était pas par hasard. C’était une annonce prophétique pour les personnes humbles et simples de cœur. »  (Explication: peu après avoir appris du décès du Pape Paul VI, nous, étions quelques Religieux à accompagner le Souverain Pontife Grégoire XVII à la porte de sa cellule à Santa Fe de Bogotá.  Nous avons vu comment un grand papillon est venu de la rue par l’escalier, et tout en flottant il s’est perché au centre même du linteau de la porte de sa cellule. Nous avons appelé plusieurs autres, y compris nos Religieuses qui étaient dans la Chapelle, pour assister à l’événement.  Peu de temps après, le papillon est entré dans la cellule de Sa Sainteté. Nous avons tous vu une indication claire, un signe que le successeur de Paul VI se trouvait là. Le papillon a été attrapé et gardé. Sainte Thérèse continue en disant: «À partir de maintenant, la Mère générale, Mère Thérèse, deviendra la Co-fondatrice, avec le Père Général, de la Branche féminine.  Elle est la Co-fondatrice. Je vous bénis. »

Biografía de Santa Teresa de Jesús Coronada

4 octobre

Religieuse.  Fondatrice Matrone.  Docteure. Mystique Exalté. Stigmatique.  Martyr Spirituel. Confirmée en grâce. Réformatrice du Carmel et Illustre Protectrice des Carmélites de la Sainte Face.  Thérèse de Cepeda y Ahumada est née à Ávila, en Espagne, le 28 mars 1515. Elle était fille de Saint Alphonse Sánchez de Cepeda et de sa deuxième épouse, Sainte Béatrice de Ahumada, dont le mariage avait dix enfants.  Elle a été baptisée dans la paroisse de Saint Jean à Ávila. Douée d’un tempérament actif et déterminé, à l’âge de sept ans, et poussée par la lecture de la vie des saints, elle a convaincu son frère Roderick de se rendre sur les terres musulmanes pour subir le martyre pour le Christ.  À son départ d’Ávila ils ont été arrêtés par un oncle qui les a ramenés à la maison. Néanmoins, à l’adolescence, ses sentiments pieux d’enfance se sont refroidis un peu par la lecture de livres sur la chevalerie qui ont exalté son imagination, et elle prenait plaisir aux atours et aux loisirs, sans toutefois offenser Dieu profondément.

Après la mort de sa mère en 1528, elle s’est livrée comme orpheline aux bras de la Très Sainte Vierge Marie.  Pour la soustraire aux dangers du monde et pour qu’elle reçoive une éducation pieuse, son père l’a confiée comme pensionnaire au couvent des religieuses augustines de Sainte Marie de Grâce, à Ávila, où les religieuses accueillaient des jeunes damoiselles riches, qui allaient là-bas pour progresser dans l’étude de la religion et dans la pratique de la vertu.  Là, elle a commencé à beaucoup prier et à demander aux autres de prier pour elle afin que Dieu lui montre clairement le moyen par lequel elle pourrait le servir mieux. Bien qu’elle ne veuille pas être religieuse, elle savait que l’amour humain ne durait pas éternellement.

Elle s’est décidée à prendre le voile, mais dans un ordre moins austère que les augustiniens.  Après avoir découvert sa vocation au milieu de luttes indicibles, et après être tombée malade, elle est partie en 1532 et a passé quelque temps à Hortigosa avec son oncle Pierre Sánchez de Cepeda et à Castellanos de la Cañada avec sa sœur Maria de Cepeda, qui était mariée.  De retour à Ávila, après une profonde réflexion, elle a révélé à son père sa ferme décision de devenir Religieuse. Bien que très vertueux, il a refusé d’être privé de sa fille préférée. Après une féroce lutte intérieure, très tôt le 2 novembre 1535, à vingt ans, Sainte Thérèse s’est enfuie de la maison de bonne heure et elle est entrée dans le couvent des Carmélites de l’Incarnation, à Ávila, où elle s’était déjà rendue plusieurs fois et dans laquelle la vie religieuse était très laxiste, puisqu’en écartant les Règles primitives, malheureusement l’Ordre des Carmélites devenait de plus en plus affaibli.  La sainte a déclaré à propos de sa décision: «Quand j’ai quitté la maison de mon père, je ne pense pas que les sentiments seront plus forts quand je mourrai, car il me semblait que tous mes os se séparaient de mon corps par eux-mêmes…» À l’intérieur du couvent, il y avait des religieuses qui vivaient dans l’opulence, y compris avec des femmes de chambre, et d’autres qui manquaient des nécessités de la vie. La clôture était pratiquement inexistante. Le 31 octobre 1536, son père a signé la lettre de dot de sa fille et elle a pris l’habit le 2 novembre de la même année. À cet égard, elle écrit: «En prenant l’habit, le Seigneur m’a alors fait comprendre comment il favorise ceux qui font des efforts pour le servir.»  Le 3 novembre 1537, elle a fait sa profession religieuse. À partir de ce moment-là, elle a redoublé ses exigences personnelles et s’est livrée à de grandes pénitences au milieu de luttes spirituelles et de sécheresse.

 Sa santé s’est tellement détériorée que son père a envoyé les meilleurs médecins d’Ávila et aux alentours à l’Incarnation, mais elle allait de mal en pis.  En raison de sa maladie, en automne 1538, elle a dû quitter l’Incarnation et rester longtemps chez son père. Bien qu’elle ait essayé de prendre soin de sa santé par d’autres moyens, la maladie s’est aggravée, au point que le 15 août 1539, la nuit, elle est tombée inconsciente et est restée immobile pendant trois jours.  Elle était présumée morte et une tombe a même été préparée pour elle. Néanmoins, son père a refusé d’admettre le décès de sa fille et s’est opposé à son enterrement.

En se rétablissant, elle est revenue à l’Incarnation très faible.  En avril 1542, elle s’est sentie guérie par l’intercession de Saint Joseph.  Pendant de longues années, Sainte Thérèse a continué à mener la vie conventuelle au milieu de la sécheresse et de la lutte spirituelle.  Les parloirs de l’Incarnation étaient comme des salles mondaines visitées par des dames et des messieurs de la noblesse. Sainte Thérèse, dont le nom était bien connu à Ávila, était l’attraction principale.  Elle a reçu la visite de nombreuses personnes et elle allait au parloir comme les autres. Le 26 décembre 1543, son père, Saint Alphonse de Cepeda, est mort, soigné par sa fille. En 1554, en contemplant une image pieuse du Christ blessé, Sainte Thérèse a éprouvé une profonde transformation intérieure, avec un engagement décisif envers Dieu.

Elle le décrit ainsi: «Je me suis jetée à côté de lui en versant des larmes abondantes, et en le suppliant de me renforcer une fois pour toutes afin de ne pas l’offenser.  Il me semble que je lui ai alors dit que je ne me lèverais pas de là avant qu’il n’ait fait ce que je l’avais prié. » À partir de ce moment-là, elle a commencé à vivre un profond changement dans sa vie. 

 

Elle a évité le parloir et a redoublé la constance et l’ardeur de sa prière.  Les phénomènes mystiques étaient fréquents, les confesseurs de l’Incarnation ne la comprenaient pas et certains des plus notables l’avaient même alarmée en disant que les faveurs spirituelles qu’elle disait avoir reçues n’étaient accordées qu’à des personnes très vertueuses et qu’elle devrait veiller à ce que le diable ne la trompe pas.  Le Christ lui est apparu et a dit: “Ne crains pas ma fille, Je suis là. Je ne t’abandonnerai pas.» Les visions du Christ se reproduisaient et en même temps l’amour de Dieu, s’est intensifié, un amour si ardent qu’il était presque irrésistible, comme elle l’a écrit elle-même: « Comme il me l’avait promis, Sa Majesté a commencé à indiquer plus clairement que c’était Lui, par un amour pour Dieu qui grandissait si fort que je ne savais pas qui me le donnait, parce que c’était extrêmement surnaturel, je ne le recherchais pas non plus.  Je me sentais mourir du désir de voir Dieu… vraiment, il me semblait que mon âme était en train de se déchirer. » En 1557, le Père jésuite Saint Francis Borgia, qui passait par Ávila, lui a donné de sages conseils et elle est devenue très soulagée et réconfortée. Le 25 janvier 1560, Sainte Thérèse a reçu la grâce du Transpercement du cœur et, à la même occasion, et en même temps le don extraordinaire de la Confirmation en Grâce. Elle le décrit elle-même: «J’ai vu un Ange près de moi, du côté gauche, en forme corporel… Il n’était pas grand, mais court, d’une beauté remarquable, sa figure si enflammée qu’il me semblait être l’un des plus hauts Anges… Dans ses mains on voyait une fléchette dorée au bout de laquelle, il semblait y avoir un petit feu.  

Il me semblait qu’il a percé mon cœur plusieurs fois et atteint jusqu’à mes entrailles. En le tirant, il m’a semblé qu’il les avait sorties avec lui et qu’il m’avait laissée enflammée d’un grand amour pour Dieu… » Suite à cette grande faveur divine, l’incompréhension de certains confesseurs inexpérimentés continuait. En août 1560, le Père franciscain Saint Pierre de Garavito, d’Alcántara, lui a rendu visite à Ávila, un homme expérimenté dans le domaine des questions mystiques, à qui Sainte Thérèse a donné un récit clair et fidèle de sa vie. Ce saint frère lui a donné la lumière en tout et lui a dit de ne pas être attristé, de louer Dieu et d’être assuré que tout venait de lui. Quelques jours plus tard, la Sainte a eu une vision terrifiante de l’enfer.  À une occasion, dans l’escalier du couvent de l’Incarnation, elle a rencontré le plus bel enfant, âgé d’environ douze ans. La Sainte lui a demandé: « Qui es-tu? » L’enfant a répondu: « Et toi? » La Sainte a répondu: « Je suis Thérèse de Jésus », et l’enfant a répondu: « Eh bien, je suis Jésus de Thérèse. » La même année 1560, Sainte Thérèse de Jésus, méditant sur la vie solitaire menée par le prophète Saint Élie et ses fils Carmélites sur le Mont-Carmel, poussée par Dieu, elle a décidé de réformer l’Ordre des Carmélites et elle a fondé un couvent avec la rigueur de la Règle primitive de Saint Albert de Jérusalem, dont les caractéristiques essentielles étaient: la clôture complète, le jeûne, le silence et la pénitence, auxquels elle devait ajouter d’autres, telles que les pieds déchaussés et la vie d’aumône.  Sur mandat divin, le nouveau couvent devait être placé sous le titre de Saint Joseph. Pour ce faire, elle comptait sur l’aide de Saint Pierre de Garavito, d’Alcántara, et d’autres protecteurs notables. Avec l’autorisation de l’Évêque et d’un bref pontifical du Pape Saint Pie IV, le 24 août 1562, Sainte Thérèse a fondé le couvent de Saint-Joseph, le premier de la Réforme ou des Déchaussés, où elle a installé les premières religieuses qui ont désormais mené des vies consacrées à la prière et à la pénitence, avec une grande austérité, une extrême pauvreté et une clôture stricte. Sainte Thérèse a dû surmonter courageusement de nombreuses difficultés et faire face à une grande persécution, en particulier à l’opposition de nombreuses religieuses du couvent de l’Incarnation, et au tumulte de la ville même, dont le Conseil municipal a tenté de supprimer le couvent.  Mais le Seigneur a assuré la Sainte Fondatrice qu’il ne pourrait pas le détruire.  

Enfin, l’opposition s’est calmée et, en 1563, elle a obtenu le permis de quitter l’Incarnation et de rejoindre ses filles à Saint-Joseph.  La Très Sainte Vierge Marie a recouvert de son Manteau Céleste les religieuses du premier couvent des Carmélites réformées.

 

Sainte Thérèse continuait de jouir des extases les plus grands et les visions célestes.  Le roi Saint-Philippe II, désireux de réformer les couvents de la vie religieuse dans ses royaumes, a invité le Général Carmélite, le Père Jean-Baptiste de Rubeo, à leur rendre visite.  En 1567, le Père Rubeo est venu en Espagne et a rendu visite à ses couvents de Castille. Il était si favorablement impressionné par celui de la Réforme thérésienne, qu’il a autorisé la Sainte à fonder de nouvelles maisons de religieuses, ainsi que de frères, des maisons qu’elle appelait «Les Petits Pigeonniers de la Vierge Notre-Dame».  Le 15 août de la même année, Sainte Thérèse a fondé son deuxième couvent à Medina del Campo, Valladolid. Elle y est entrée en contact avec Saint Jean de la Croix, qui venait de terminer ses études à Salamanque, avait reçu l’Ordination Sacerdotale et comptait quitter l’Ordre du Carmel pour entrer dans la Chartreuse.  

Sainte Thérèse l’a convaincu de se joindre à elle dans l’Œuvre de la réforme et il est devenu le plus proche collaborateur de la Sainte dans ses projets de réforme.  En 1568, elle a fondé le premier prieuré de la Réforme des frères déchaussés à Duruelo, à Ávila qui, le 28 novembre de la même année, a été inauguré par Saint Jean de la Croix et Anthony de Heredia.  Ces fondations ont été suivies par d’autres, des religieuses et des frères. En 1571, par ordre du Visiteur Apostolique, Sainte Thérèse est nommée prieure du couvent de l’Incarnation des chaussés, où la vie religieuse devenait de plus en plus laxiste.  La Sainte Fondatrice, poussée par Dieu, a accepté le priorat et, le 14 octobre de la même année, a pris possession de sa charge au milieu d’un grand tumulte de religieuses qui refusaient de l’accepter. Dans le premier Chapitre, après avoir présenté aux religieuses l’image de Notre-Dame de Clémence comme la vraie Prieure, elle l’a placée dans le siège de la prieure qu’elle-même devait occuper, et elle leur a parlé avec une telle sincérité, sagesse et gentillesse que même les cœurs les plus durs se sont rendus.  La Sainte Fondatrice a veillé à ce que la nourriture ne manque pas aux religieuses, elle a mis tout en ordre, a mis fin au parloir et a instauré une discipline conventuelle; et en plus, elle a installé Saint Jean de la Croix comme confesseur. En peu de temps, les religieuses se sont radicalement modifiées dans leurs habitudes et sont devenues des modèles de prière, de sacrifice et de recueillement. Le 18 novembre 1572, le Seigneur est apparu à Sainte Thérèse et lui a dit: «Désormais, non seulement en tant que Créateur, en tant que Roi et en tant que ton Dieu, tu vas défendre mon honneur, mais en tant que véritable épouse, mon honneur est maintenant à toi, et le tien, à moi ».  La même année, le Seigneur lui a dit: «Tu penses, ma fille, que le mérite est dans la joie? Pas ainsi, mais en agissant et en souffrant et en aimant. Crois-moi, ma fille, à qui mon Père aime davantage, il donne de plus grands travaux, et à ceux-là l’amour répond. Comment mieux montrer mon amour qu’en souhaitant pour toi ce que je voulais pour moi-même? » Le 6 octobre 1574, au terme du triennat du priorat, le Saint est revenue au couvent réformé de Saint-Joseph d’Ávila. En 1575, lors de la fondation de Beas de Segura (Jaén), Sainte-Thérèse a rencontré le Père Saint-Jérôme Gracian, qui devait devenir son confesseur et occuper de hautes fonctions dans la Réforme Carmélite, qui chaque jour était de plus en plus florissante.  En 1576, le Seigneur lui a dit: «Tu es déjà au courant des épousailles entre toi et moi, et comme ça, ce que j’ai est à toi. Je te donne donc tous les travaux et les peines que j’ai portés et avec eux tu peux demander à mon Père comme s’ils étaient à toi.

De nouvelles difficultés ont rapidement surgi, causées par des Carmélites Chaussés, hostiles à la Réforme Thérésienne, et par d’autres ennemis.  Sa réforme et ses plans fondateurs ont amené Sainte Thérèse à de graves conflits avec les autorités civiles et ecclésiastiques. Mais elle, avec un esprit viril, au milieu de ses maladies et de ses difficultés économiques, a courageusement affronté les grands contretemps, la calomnie et les persécutions, en disant: «Le Christ et moi, majorité»; au point qu’elle a dû faire face à un procès par l’Inquisition, dont elle est sortie libre.  Le Père Rubeo lui-même, Général de l’Ordre des Carmélites, qui avait auparavant été un grand défenseur de la réforme de Sainte Thérèse, influencé par des discussions sournoises, lui interdisait de fonder de nouveaux couvents et l’obligeait à rester comme si elle était en état d’arrestation dans un couvent de Tolède. Le nouveau nonce Philip Sega est arrivé à Madrid avec l’intention de mettre fin à la Réforme et il a surnommé Sainte Thérèse «une femme agitée, errante, désobéissante et obstinée»; et l’accusait également d’inventer de fausses doctrines, de laisser sa clôture et d’avoir fondé sans autorisation du Pape ou du Père Général de l’Ordre.  En 1578, Sega a soumis les Religieux et Religieuses déchaussés à l’autorité des provinciaux chaussés. La perverse et vindicative princesse d’Éboli, Ana de Mendoza, a également lancé ses attaques féroces contre la Sainte Fondatrice. Pour Sainte Thérèse et ses Déchaussés, les menaces, les calomnies et les souffrances continuaient. Saint Jean de la Croix, son plus grand collaborateur, a également été victime d’une persécution cruelle et d’un emprisonnement de la part des chaussés, et a été traité de manière inhumaine. Saint Jérôme Gracian a également été persécuté à mort et incarcéré dans le prieuré des chaussés à Madrid. Les batailles étaient si grandes que la Réforme semblait succomber.

Sainte Thérèse de Jésus a d’abord écrit au roi d’Espagne Saint Philippe II pour lui demander de l’aide pour son travail.  Elle a ensuite été reçue par le monarque en audience à l’Alcazar de Madrid. Saint Philippe II, homme d’une rectitude irréprochable et d’une profonde religiosité, s’identifiait parfaitement à la Réforme et il était un grand admirateur de la Sainte.  Faisant usage de son autorité, il a convoqué le nonce Sega et lui a reproché sévèrement son attitude perverse. Le nonce n’avait d’autre choix que d’obéir au roi. La persécution contre la Réforme Carmélite a été écourtée. Le grand Monarque, en 1580, a obtenu du Pape Saint Grégoire XIII que les couvents déchaussés fondés par Sainte Thérèse allaient former une province indépendante des chaussés.  De ce fait, la Sainte Réforme du Carmel a été sauvegardée et renforcée.

La Réformatrice Exaltée a fini par fonder un total de dix-sept prieurés de religieuses et quinze de frères.  Les couvents des moniales étaient: en 1562, Ávila; en 1567, Medina del Campo; en 1568, Malagón; en 1568, Valladolid; en 1569, Tolède; en 1569, Pastrana, fermée en 1574 par la faute de la princesse d’Éboli; en 1570, Salamanque; en 1571, Alba de Tormes; en 1574, Ségovie; en 1575, Beas de Segura; en 1575, Séville; en 1576, Caravaca, par l’intermédiaire de Ana de Saint Albert; en 1580, Villanueva de la Jara; en 1580, Palencia; en 1581, Soria; en 1582, Grenade, à travers Sainte Anne de Jésus; et en 1582, Burgos.  La santé de Sainte Thérèse était terriblement brisée. Les voyages, les souffrances, le désir ardent de Dieu l’avaient physiquement épuisée. Sa compagne et infirmière inséparable était Sainte Anne de Saint-Barthélemy. Le 1er octobre 1582, au couvent d’Alba de Tormes, elle a annoncé que sa mort était imminente.  Le 3 octobre, elle a confessé et reçu les Derniers Sacrements. Ses dernières recommandations à ses filles étaient: «Mes filles et mes maîtresses: par amour pour Dieu, je vous demande de bien tenir compte du respect des Règles et des Constitutions, car si vous les respectez avec la promptitude qu’il vous faut, aucun autre miracle n’est nécessaire pour vous canoniser; alors, regardez le mauvais exemple que cette mauvaise Sœur vous a donné, et pardonnez-moi ».  L’une des expressions qu’ils ont attrapées sur ses lèvres était: «C’est maintenant l’heure, mon époux, pour que nous nous voyions». Sainte Thérèse de Jésus est décédée le 4 octobre 1582 à l’âge de soixante-sept ans, dans le couvent d’Alba de Tormes, Salamanque, prononçant les mots: «Je te remercie, Seigneur, car je meurs fille de l’Église.» Le lendemain de sa mort, en raison de la réforme du calendrier grégorien, était le 15 octobre. Son corps incorruptible, y compris le cœur, se trouve à Alba de Tormes.

En tant qu’écrivaine éminente et docteure mystique, elle a laissé de nombreuses œuvres écrites importantes, de véritables joyaux de la littérature universelle.  Par elles, le mysticisme a atteint les plus hauts sommets d’expression et de profondeur. Le travail de réforme de Sainte Thérèse était très efficace contre le luthéranisme et les autres hérésies.

Le Pape Saint Grégoire XVII le Très Grand a enseigné: «C’est une doctrine infaillible que le Transpercement du cœur de la Docteure mystique d’Ávila, Sainte Thérèse de Jésus, a été produite par le feu sous la forme d’une fléchette, sortant impétueusement du cœur de Jésus, en signe du sceau indélébile des épousailles mystiques entre les deux.  Ces épousailles étaient supérieures à toutes autres épousailles mystiques accordées par le Christ à d’autres mystiques. Ces épousailles sont différentes de celles de la vie religieuse et de celles qui correspondent à la participation sacerdotale au Corps mystique du Christ. » « C’est une doctrine infaillible que la Docteure mystique d’Ávila, Sainte Thérèse de Jésus, a reçu le don de confirmation en grâce au moment précis où elle a été épousée mystiquement au Christ par le Transpercement. »  «  Il est une doctrine infaillible que la Docteure mystique d’Ávila, Sainte Thérèse de Jésus, est intronisée dans la gloire céleste à la suite des Apôtres Saint Pierre et Saint Paul. »

L’interprétation infaillible du Pape Saint Pierre II le Grand concernant les suivants visions et écrits de Sainte Thérèse de Jésus: «Sainte Thérèse de Jésus a eu une vision de l’Ordre des Derniers Temps: ‘Les Carmélites de la Sainte Face en compagnie de Jésus et de Marie’, fondé par le Pape Saint Grégoire XVII le Très Grand.  Sainte Thérèse de Jésus a dit qu’un jour pendant qu’elle priait, Dieu lui a donné à comprendre ‘le grand avantage qu’un Ordre des derniers temps doit accomplir et la force avec laquelle les membres doivent soutenir la foi’. En ces temps apocalyptiques, au milieu de l’apostasie générale, la Foi Catholique est soutenue par le valeureux Ordre des Carmélites de la Sainte Face, qui est la rénovation et le point culminant de l’Ordre du Mont-Carmel.

À une autre occasion, alors que Sainte Thérèse priait devant le Très Saint Sacrement, un Saint lui est apparu, qui était le Prophète Saint Élie, Fondateur du Carmel, bien qu’elle ne donne pas son nom, qui lui a fait comprendre que l’Ordre du Carmel serait redevenu laxiste dans Les Derniers Temps en raison du progressisme introduit dans l’Église Romaine par les ennemis de la Religion Catholique.  Puis il lui a montré un grand livre qu’il tenait à la main et il a dit à Sainte Thérèse de lire des lettres très grandes et lisibles, dans lesquelles il était écrit: ‘Dans les temps à venir, cet ordre s’épanouira; il y aura beaucoup de martyrs’. Il faisait ici référence à l’Ordre des Carmélites de la Sainte Face, dont les membres subiront une grande persécution et un martyre dans leur lutte contre les hérésies et contre l’Antéchrist en personne.

Une autre fois, Sainte Thérèse continue à dire, «à Matines, dans le chœur, six ou sept membres de ce même Ordre étaient représentés et placés devant moi, l’épée à la main.  Je pense que cela donne à comprendre qu’ils doivent défendre la Foi; parce que à une autre occasion, quand dans la prière, mon esprit était ravi: il me semblait être dans un grand champ, où beaucoup se battaient et ceux de cet Ordre se battaient avec une grande ardeur.  Leurs visages étaient beaux et très rayonnants, ils ont vaincu beaucoup, les jetant par terre et ils ont tué d’autres. Cela me semblait une bataille contre les hérétiques. » Dans cette vision, on exalte le caractère guerrier de l’Ordre des Carmélites de la Sainte Face ou l’Ordre des Crucifères ou Porteurs de Croix, dans sa lutte constante contre Satan et ses armées, pour la défense de la Foi Catholique.

 

Sainte Thérèse a également fait comprendre que le Prophète Saint Élie, qu’elle avait vu plusieurs fois, lui avait dit plusieurs choses en rapport avec la grande Réforme du Carmel qu’elle menait et la remerciait pour les prières et les efforts qu’elle faisait pour l’Ordre du Carmel, c’est à dire pour l’ordre de Saint Élie, puisque le Saint Prophète lui-même l’avait fondé, et il lui a promis de le recommander au Seigneur.  Bien que Sainte Thérèse ne le dise pas explicitement, le Prophète Sainte Élie lui a dit que, dans les Derniers Temps, tous les autres ordres religieux cesseraient d’exister et que seul l’Ordre du Carmel prévaudrait, grâce à la fondation de ‘l’Ordre des Carmélites de la Sainte Face,’ et qu’à la fin des temps, tous les autres ordres religieux seraient absorbés par l’Ordre Mère, à savoir l’Ordre du Mont-Carmel, d’où ils étaient tous nés.  Ainsi, l’Ordre des Carmélites de la Sainte Face assume dans son âme de Mère l’esprit de tous les autres Ordres qui sont tombés. Sainte Thérèse a conclu en disant: «Je n’indique pas les Ordres: s’il plaît au Seigneur qu’ils soient connus, ils seront connus, il les déclarera, afin que les autres ne soient pas offensés; mais tous les Ordres doivent obtenir, ou chacun d’eux seul, que par leurs moyens, le Seigneur bénisse leur Ordre de telle sorte que, dans le besoin si grand de l’Église, ils le servent.  Heureuse les vies qui se terminent ainsi! » Avec ces mots mystérieux, Sainte Thérèse de Jésus conseille à tous les ordres religieux existants dans son temps et à ceux qui se présenteront plus tard, que, plus ils seraient observateurs et saints, plus grande serait la gloire de l’Ordre du Mont-Carmel, comme mère qu’elle est de tous.

Canonisée par le Pape Saint Grégoire XV le Grand le 12 mars 1622.  Déclarée Docteure de  l’Église par le Pape Saint Paul VI le 27 septembre 1970.